TUNISIE
15/12/2018 14h:53 CET

Les accidents de la route, première cause de mortalité des jeunes en Tunisie

Chaque année, près de 700 jeunes perdent la vie dans des accidents de la route

Toa55 via Getty Images

“Les accidents de la route sont devenus la principale cause de la mort des jeunes tunisiens, soit environ 700 personnes par an et près de la moitié du nombre total des victimes”, a révélé le secrétaire d’Etat à la jeunesse Abdelquodous Saadaoui.

Saadaoui a ajouté que ces statistiques alarmantes est une sonnette d’alarme pour lutter contre ce phénomène dangereux et impliquer les institutions de l’Etat, la société civile et le secteur privé pour leur faire prendre conscience des phénomènes sociaux graves et de l’éducation civique”.

Le secrétaire d’Etat s’exprimait à l’ouverture des travaux de la conférence nationale de l’association tunisienne pour la prévention des accidents de la route, organisée à Sousse du 14 au 16 décembre, sur le thème “Une jeunesse qui triomphe pour la volonté de vivre”.

Il a précisé que ces statistiques officielles angoissantes des accidents de la route ont incité le ministère de la Jeunesse et des Sports à inclure l’axe de l’éducation routière comme une priorité stratégique et a œuvré à la mise en œuvre d’activités et de programmes régionaux et nationaux visant à promouvoir la participation des jeunes à la vie publique et à développer leurs capacités de leadership pour diffuser la culture de la circulation et les protéger des comportements dangereux.

Saadaoui a ajouté que le ministère a agi également pour offrir aux jeunes la possibilité de participer au travail volontaire dans le domaine de la sécurité routière en partenariat avec le secteur public et des structures de la société civile telles que le programme national “Jeunes ambassadeurs de la sécurité routière”, lancé depuis 2017 et accompagné de manifestations à Tozeur, Kasserine et Gafsa.

“Ce programme est un contrat communautaire entre les structures de l’Etat, les composantes de la société civile et le secteur privé qui s’engagent à contribuer à la réduction des accidents de la route et à la fourniture de ressources”, a-t-il déclaré, ajoutant que le programme était également un moyen d’améliorer l’efficacité des jeunes et de leur permettre de se sentir en confiance.

De son côté, le président de l’Association tunisienne pour la prévention des accidents de la route, Afif Frigui, a souligné que les travaux de cette conférence nationale seront marqués par la signature d’accords de partenariat entre l’association, l’Instance nationale de lutte contre la corruption et l’Union nationale des femmes tunisiennes.

Au cours de cette conférence, le flambeau de la capitale du programme national “Jeunes ambassadeurs de la sécurité routière” pour l’année 2019 sera transmis à la ville Médenine, après que Sousse ait été la capitale du programme en 2018.

Selon le  responsable de l’information à l’Observatoire national de sécurité routières,  l’excès de vitesse est la cause majeure des accidents de la route en Tunisie.  

Il évoque également que le nouveau fléau de l’utilisation des smartphones au volant, qui ne se limite pas à la communication téléphonique mais également au suivi des réseaux sociaux au volant. Cette pratique diminue sensiblement le réflexe visuel du conducteur, met-il en garde. 

Autre cause d’accidents, l’alcool au volant, et ce malgré l’interdiction.

Quant à l’utilisation d’autres drogues au volant, il y a un vide législatif en la matière. Mabrouk préconise d’y remédier d’urgence en parlant des études sur l’effet des drogues au volant et même des boissons énergétiques. 

Autre problème, l’état des routes. Le représentant de l’Observatoire national de la sécurité routière affirme que 13% des accidents sont causés par l’état lamentable des routes. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.