TUNISIE
06/09/2019 11h:19 CET | Actualisé 06/09/2019 11h:52 CET

L'épouse de Nabil explique pourquoi elle a choisi de se lancer dans la campagne électorale de son mari (VIDÉO)

"La présomption d'innocence n'a pas été respectée" a-t-elle déploré.

Facebook/El Hiwar Ettounsi
a

L’épouse de Nabil Karoui, Saloua Smaoui est revenue, jeudi, sur El Hiwar Ettounsi sur les raisons qui l’ont poussées à se mettre en avant dans la campagne électorale de son mari, en état d’arrestation depuis le 23 août dernier.

Revenant sur sa première rencontre avec lui après son arrestation, Saloua Smaoui affirme que le candidat de “9alb Tounes” “est debout mais il a un sentiment d’injustice (...) il est aussi inquiet pour ses enfants et pour sa femme, parce qu’il sait que je n’aime pas m’exposer médiatiquement, mais j’ai choisi de le faire parce qu’il a subi une grande injustice”.

“Quand je l’ai vu la première fois, il m’a dit que malgré les campagnes effectuées dans tout le pays, il ne s’était jamais rendu en prison, qu’il fallait voir les conditions de détention, les conditions dans lesquelles les familles viennent voir leurs enfants, qu’il fallait que ça change” explique-t-elle.

 

Alors qu’elle a donné le coup d’envoi de la campagne électorale de son mari à Gafsa, Saloua Smaoui affirme qu’elle ne devais pas être sur scène: “Ce n’est pas ma place, c’est celle de Nabil. C’est lui qui devait parler de son programme (...) Je ne suis pas membre du parti, je ne suis pas du monde de la politique (...) mais j’ai choisi d’y aller pour faire parvenir la voix de Nabil Karoui, mon mari, à Gafsa” indique-t-elle.

Revenant sur l’arrestation de son mari, Saloua Smaoui affirme que “des lignes rouges ont été franchies”: “Il y a aujourd’hui un homme en prison, sans compter la campagne de dénigrement. Cela n’est pas normal (...) J’accuse aujourd’hui les gens qui sont au pouvoir” pointant du doigt le chef du gouvernement et son parti ainsi qu’Ennahdha.

“Il dérange politiquement et est en tête des sondages. Je ne peux pas dire que la justice n’est pas indépendante parce que je crois que la justice est la colonne vertébrale de la République” affirme-t-elle déclarant qu’il existe cependant une “minorité de juges qui n’a pas encore compris que la période où l’on donnait des ordres à la justice était révolue”.

 

Pour elle, “Nabil Karoui est un prisonnier politique”.

“Quelle est la définition d’un prisonnier politique? La qualité de l’homme (...) à savoir un homme politique, candidat à la présidentielle, le timing, à savoir une affaire qui date de 2016 et qui ressort aujourd’hui avec une arrestation à 3 semaines des élections, l’emballage apolitique qu’ils essayent de mettre autour de l’affaire et enfin la manière dont il a été arrêté, avec une grande violence. Même les terroristes ne sont pas arrêtés comme ça” a-t-elle déploré.

Revenant sur l’affaire Saloua Smaoui indique que son mari était témoin dans l’affaire portée devant la justice par I Watch. “Mais quand les premiers sondages l’ont mis en tête des intentions de vote et qu’il a décidé de se présenter à la présidentielle, son statut est passé de témoin à accusé”.

“Il n’y a pas eu d’enquête, ni de condamnation ni en premier instance, ni à la Cour d’appel, ni en cassation et malgré tout ça, il se retrouve en prison” a-t-elle fustigé.

“Il y a la présomption d’innocence. C’est le minimum qu’on doit à un citoyen tunisien” a-t-elle conclu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.