MAROC
21/02/2019 16h:06 CET

L'ENCG va ouvrir une nouvelle école à Meknès dès la rentrée prochaine

D'autres établissements verront le jour dans la région Fès-Meknès.

ENCG Casablanca/Facebook
L’École nationale de commerce et de gestion de Casablanca.

ÉTUDES - L’École nationale de commerce et de gestion (ENCG) de Meknès ouvrira ses portes à la rentrée universitaire 2019-2020, a annoncé le président de l’université Moulay Ismail (UMI), Hassan Sahbi. Elle viendra compléter le réseau déjà existant de l’école, présente à Agadir, Casablanca, Dakhla, El Jadida, Fès, Kénitra, Marrakech, Oujda, Settat et Tanger. 

“Ce nouvel établissement figure parmi les grands projets programmés par l’université, qui a des prolongements dans les régions Fès-Meknès (six établissements) et Drâa-Tafilalet (deux établissements)”, a indiqué M. Sahbi dans un entretien à la MAP

Sont attendus, durant les années à venir, la création d’une faculté de médecine dentaire, en coordination avec le ministère de la Santé, d’une faculté des sports à El Hajeb et d’un Institut des sciences appliquées, en partenariat avec des universités allemandes. Les travaux de cette dernière seront lancés au cours de la prochaine année universitaire, a relevé M.Sahbi, qui vient d’être nommé à la tête de l’UMI pour un second mandat de quatre ans.

Parmi les projets-phares de l’université dans la région de Drâa-Tafilalet figurent la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales et celle des langues et arts, en vue d’alléger la pression sur la faculté polydisciplinaire d’Errachidia. Plus de 18.000 étudiants y poursuivent actuellement leurs études et ce nombre dépassera les 23.000 l’année prochaine.

Selon le président de l’UMI, la ville d’Erfoud verra aussi le lancement de plusieurs projets, dont l’École supérieure de technologie, qui sera spécialisée dans le tourisme, qui représente “une priorité locale”.

Des nouveautés à l’Université de Meknès

L’UMI aura aussi droit à des nouveautés en interne. Hassan Sahbi a annoncé la création d’une bibliothèque universitaire et d’un centre universitaire pour les langues. Le français, l’anglais, l’allemand, l’espagnol ou encore le coréen y seront enseignés “afin de répondre aux besoins de la recherche scientifique et de qualifier les étudiants universitaires à mieux s’insérer dans le marché du travail”.

M. Sahbi a aussi souligné que l’Université de Meknès aspire à intégrer les compétences marocaines établies à l’étranger, rappelant à cet effet qu’un accord de partenariat a été signé avec l’Association des Marocains résidant au Québec (Canada) pour créer des doubles filières en aviation entre l’UMI et ses homologues à Laval et à Montréal. “Ce partenariat s’ajoute aux divers accords conclus avec des universités africaines et européennes dans le cadre de projets de coopération”, a-t-il dit.

Quelque 70.000 étudiants sont inscrits à l’UMI, dont relève huit facultés et écoles supérieures à Meknès et Errachidia.