TUNISIE
04/12/2018 18h:58 CET | Actualisé 05/12/2018 11h:13 CET

L'émigration italienne en Tunisie au 19ème siècle, sujet d'une conférence à Tunis

Présentée par la chercheuse et auteure, Danielle Laguillon Hentati

Mirrorpix via Getty Images
Photo d'illustration

Il fût un temps où des Européens émigraient en Tunisie, des Italiens plus précisément. Ce phénomène migratoire qui remonte au 19ème siècle, sera au cœur d’une conférence qui se tiendra le 6 décembre à La Bibliothèque diocésaine à Tunis.

La conférence sera animée par la chercheuse et auteure, Danielle Laguillon Hentati, qui a consacré plusieurs de ses ouvrages et articles aux intellectuels italiens en Tunisie, et qui entreprendra d’expliquer la raison de ces émigrations.

Ce jeudi 6 décembre à partir de 10h, Danielle Laguillon Hentati présentera sa nouvelle recherche inédite sur ce phénomène, et les circonstances qui avaient poussé certains Italiens à s’installer en Tunisie.

La recherche s’est faite auprès de plusieurs familles italiennes, notamment des descendants des familles Finzi, Tumbarello, et Cardosoen, vivant en Tunisie, mais aussi auprès de familles vivant en France et en Italie.

Certaines familles d’émigrés italiens en Tunisie n’ont pas eu d’enfants.

Danielle Laguillon Hentati a commencé sa carrière en tant que professeur honoraire d’italien au lycée Pierre Mendès-France de Tunis.

Elle a également été membre du groupe de recherches sur la “Mémoire des Italiens de Tunisie”.

Danielle Laguillon Hentati a également publié de nombreux articles, mémoires, et présenté plusieurs conférences, tous autour de l’histoire des Italiens en Tunisie.

Selon une étude de Jerfel Kamel intitulée “Siciliens et Maltais en Tunisie aux 19e et 20e siècles: Le cas de la ville de Sousse” publiée dans la Revue de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse en 2013, le grand exode des Italiens vers la Tunisie a eu lieu entre 1870 et le début du 20ème siècle.

“Ce fut une immigration massive, continue et entraînée en Tunisie par un réseau parental et local” explique Kamel Jerfel ajoutant qu’un très fort pourcentage d’émigrés arrivait par des voies peu contrôlables, tandis que d’autres utilisaient des voies non régulières.

“La clandestinité et les voies indirectes étaient la règle en cas d’émigration politique ou pour le cas des familles accompagnées par des jeunes fuyants la conscription” note-t-il.

Parmi la communauté italienne qui a le plus migré vers la Tunisie, on retrouve principalement la communauté sicilienne à cause de problèmes économiques et sociaux qui provoquaient une surpopulation de l’île.

Le numéro du quotidien “La Dépêche Tunisienne” du 6 août 1947 avait par ailleurs fait état de débarquements clandestins d’Italiens sur les côtes tunisiennes, dans un article intitulé “Le Cap-Bon demeure le lieu d’atterrissage favori des clandestins venus de Sicile - Débarquements massifs, trente arrestations.”

Lire aussi:

Quand les Italiens débarquaient clandestinement sur les côtes tunisiennes

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.