LES BLOGS
13/06/2019 15h:42 CET | Actualisé 13/06/2019 15h:42 CET

L'embourgeoisement de la société civile est-il un danger?

L’objectif de la société civile reste-il celui de changer la Tunisie ou de changer l’élite?

NurPhoto via Getty Images

La société civile joue un rôle primordial dans la transition démocratique que connait la Tunisie depuis 2011. Néanmoins, elle est victime d’un embourgeoisement conséquent depuis ses débuts. À vrai dire, ça ne serait pas un souci si les codes sociaux n’étaient pas si différents entre les classes. On est en droit de se demander: L’objectif de la société civile reste-il celui de changer la Tunisie ou de changer l’élite?

Sensibilisation ou lobbying?

Les élites sont essentielles dans l’exercice du pouvoir et pour les besoins technocratiques. L’objectif de les pousser à se tourner vers des causes plus justes est louable! Néanmoins, ce n’est plus de l’associatif à ce moment là mais du lobbying.

On a souvent une idée négative de la notion de “lobbying” mais c’est un besoin réaliste dans la politique actuelle. Ces organes lucratifs qui ont pour but d’influer sur la politique doivent se multiplier! Car pour l’instant, la pression exercée sur les politiques ne vient que d’un sens: celui des grands groupes industriels, des associations de médecins, d’avocats et des hommes d’affaires majeurs.

Si ceux qui ont des objectifs politiques dans l’associatif se tournent vers le lobbying, cela pourrait changer le paysage politique. L’exemple qu’on peut utiliser, est celui du parlement européen. Progressivement, les lobbies “Green” ont permis aux sociaux-démocrates et aux écologistes de prendre une plus grand place dans l’organe législatif de l’Union Européenne. 

Le monde associatif doit s’ancrer dans l’alerte et la sensibilisation de la société mais son message doit rester accessible. Le vrai souci actuel qui agrémente cet embourgeoisement de la société civile, c’est qu’il a adopté les codes du lobbying. 

Méthodologie

La méthode est très importante pour dissocier les deux activités: le lobbying étant donné qu’il ne vise qu’une certaine catégorie de la population, n’a ni de contraintes linguistiques, n’est ni discursif. Néanmoins, l’associatif engagé, l’associatif de cause doit se soumettre aux codes de la majorité: prendre en compte l’identité majoritaire, se séparer de la position moralisatrice et se rapprocher d’une méthode didactique.

Se baser sur des faits, dans un discours compréhensible de toutes et tous. Certaines associations ont saisi cela: Al Bawsala joue parfaitement son rôle de contrôle parlementaire.

Si la cause est vue comme “bourgeoise”, elle sera automatiquement vue comme secondaire et son degré de priorité s’en verra lourdement réduit. On peut prendre comme exemple la cause homosexuelle qui est toujours largement vue par la population comme mineure, et souvent avec une grande hostilité. 

Car la méthode est erronée! Il faut saisir que le registre à adopter est de l’ordre du sensible et non du rationnel. 

Il faut toucher la majorité. Car la conviction passe d’abord par la compassion et si la population a l’impression, erroné ou pas, que c’est une cause embourgeoisée, c’est que leur corde sensible n’a pas été touché. C’est qu’ils ne réussissent pas à identifier l’influence de cette cause dans leurs cercles et dans leur vie quotidienne.

Cela ne se limite pas à la cause homosexuelle, on peut parler de l’obligation culturelle du jeûne pendant le Ramadan et la fermeture des cafés. Souvent, l’argument utilisée est la liberté de conscience. Un argument juridique qui ne touche que Tunis, Sousse, Djerba et les grandes villes où le pluralisme religieux existe. Mais pour que ces revendications soient légitimes, il faut que Kairouan, Sidi Bouzid, Gabes et Jendouba puissent s’identifier à cette cause: alors il faut mobiliser les arguments des personnes âgées qui n’ont plus la force de jeûner et qui préfèrent manger discrètement en dehors de leurs familles ou bien celui des personnes atteintes de maladies. Ces personnes existent partout en Tunisie! Non pas exclusivement dans les grandes villes du Pays.

Tout cela se résume à dire que l’embourgeoisement de la société civile n’est pas un souci, s’il ne se limite qu’à l’effectif des personnes mobilisées tant que les arguments utilisés ne sont pas eux mêmes restreints à la classe aisée.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.