MAROC
05/04/2019 12h:44 CET

Le verdict du procès en appel du Hirak sera connu aujourd'hui

L'audience, fixée à 16 heures, sera boycottée par les détenus.

Youssef Boudlal / Reuters
Des manifestants participent à un sit-in pour dénoncer la condamnation du leader du "Hirak" Nasser Zefzafi et de nombreux autres militants, à Rabat, au Maroc, le 27 juin 2018.

JUSTICE - Après un nouveau report le 26 mars, la dernière audience du procès en appel des détenus du Hirak et du journaliste Hamid El Maahdaoui est attendue ce 5 avril. Après 22 mois de procédure, le verdict final devrait être prononcé dans la journée à la Chambre criminelle près la cour d’appel de Casablanca, où l’audience démarrera à 16 heures.

Comme pour les autres audiences, les prisonniers ont décidé de boycotter le procès, ”à l’unanimité”, révélait hier sur Twitter la journaliste freelance Chaimaa Zoui. “Ils refusent de comparaître, confirme au HuffPost Maroc le coordinateur de la défense de ces détenus, Me Mohamed Aghnaj. Ils ont boycotté les autres audiences, vous vous doutez bien qu’ils ne vont pas venir dire un mot à la fin du procès”. 

“Dernières nouvelles relatives aux détenus du Hirak du Rif avant le verdict final: ils ont décident à l’unanimité de boycotter l’ensemble des audiences et ne participeront pas à l’audience de demain et ne prendront pas la parole pour le mot final avant verdict, et Rabie al-Ablaq poursuit sa grève de la faim.”

Toujours d’après la journaliste, Rabie Al Ablaq continue sa grève de la faim. Détenu depuis plus d’un an et demi, l’activiste avait débuté une grève de la faim dès 2018. En juillet, il avait suspendu provisoirement son geste, après 42 jours sans manger et l’inquiétude de ses avocats et de sa mère, le pensant “proche d’une mort certaine”. Récemment, des médias arabophones annonçaient que Rabie Al Ablaq avait repris sa grève. Une information rapidement démentie pas les autorités marocaines, qui affirmaient que le détenu reçoit et prend ses repas “régulièrement et chaque jour” et n’a jamais fait part de sa décision d’observer une grève de la faim. Me Mohamed Aghnaj a confirmé la reprise de sa grève à notre rédaction.

Le procès en appel des détenus du Hirak s’est ouvert le 14 novembre dernier. 5 mois avant, 53 personnes ont été condamnées à des peines allant de 1 an de prison avec sursis à 20 ans de prison ferme. Les leaders du mouvement, Nasser Zefzafi, Nabil Ahamjik, Ouassim Boustati et Samir Ighid ont écopé des peines les plus lourdes.