ALGÉRIE
20/05/2019 12h:23 CET | Actualisé 20/05/2019 12h:25 CET

Le tribunal militaire de Blida examine ce 20 mai la mise en liberté provisoire de S. Bouteflika, Hanoune, Mediène et Tartag

Capture d'ecran

Le tribunal militare de Blida tranchera aujourd’hui sur la demande de mise en liberté provisoire de Said Bouteflika, Louiza Hanoune, Mohamed Mediène et Athmane Tartag.

La demande de mise en liberté provisoire a été introduite par le collectif des avocats du général de cprps d’armée à la retraite Mohamed Mediène dit Toufik, du Général à la retraite Athmane Tartag dit Bachir, du conseiller et frère de l’ex-président de la République, Said Bouteflika, ainsi que de la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Mme Louisa Hanoune.

La défense des détenus à la prison miliaire de Blida explqiue qu’il s’agit dans les faits d’une demande d’annulation de la mise sous mandat de dépôt suite à leur convocation par le tribunal militaire. Les quatre personnalités sont poursuivis pour “atteinte à l’autorité de l’Armée” et “complot contre l’autorité de l’Etat”.

Détenu en prison militaire depuis le 5 mai dernier, S. Bouteflika,  M. Mediene et A. Tartag. Le parquet militaire avait rendu alors un communiqué expliquant que  “pour les besoins de l’enquête, le procureur militaire de la République près le Tribunal militaire de Blida a chargé un juge d’instruction militaire d’entamer la procédure d’instruction, et après mise en inculpation, ce dernier a rendu des mandats de placement en détention provisoire à l’encontre des trois prévenus”.

Pour Mme Hanoune sa détention remonte au 09 mai dernier. La Secrétaire général du Parti des Travailleurs a été convoquée par le tribunal militaire de Blida pour être auditionnée dans le cadre de l’enquête visant Mohamed Mediene, Bachir Tartag et Said Bouteflika. Au terme de son audition, elle a été placé en détention provisoire à la prison civile de Blida. Le collectif de ses avocats dont Me Mokrane Aït Larbi avait explique que Mme Hanoune a fait appel, 24 heures après son arrestation, de la décision du juge d’instruction de sa mise en détention provisoire. L’appel a été fixé également au 20 mai.