TUNISIE
26/02/2019 14h:49 CET | Actualisé 27/02/2019 16h:33 CET

Le terroriste tunisien "Abu Iyadh" aurait été (à nouveau) tué au Mali

Selon le cabinet de recherche et d'information, Menastream.

FETHI BELAID/AFP/Getty Images

On le croyait déjà mort, mais voilà qu’il fait à nouveau parler de lui. Selon une information relayée par le média et cabinet de recherche Menastream, le terroriste tunisien Saifeddine Ben Hassine, connu sous le nom d’Abu Iyadh al-Tunisi, aurait été éliminé dans le nord du Mali. Menastream affirme que le djihadiste avait été retrouvé mort le 21 février 2019.

Le fameux Abu Iyadh dont la mort avait été annoncée à plusieurs reprises depuis 2015, semble cette fois-ci être bel et bien éliminé, si l’on en croit Menastream.

 

Fondateur de l’organisation Ansar Al Charia, proche d’Al Qaida, et commanditaire de nombreuses attaques terroristes, le djihadiste avait été libéré après la révolution, en mars 2011, dans le cadre de l’amnistie générale.

Pourtant, sa mort avait été confirmée en juin 2015 par les autorités tunisiennes qui avaient travaillé en concertation avec les autorités libyennes sur son identification formelle.

Il est également présumé d’avoir mené l’attaque contre l’ambassade américaine en septembre 2012, alors qu’un groupe d’individus s’était dirigé vers l’ambassade depuis le centre-ville, après la prière du vendredi.

L’affaire qui avait fait réagir et remis en question la capacité du gouvernement tunisien à lutter contre le terrorisme, avait fait d’Abu Iyadh l’ennemi public numéro 1.

Depuis, des informations relatives à sa capture ou sa mort ont à maintes reprises été relayées, sans que celles-ci ne soient formellement confirmées.

Ainsi, tantôt caché à Derna en Libye, tantôt au Mali, les informations quant à sa planque demeuraient incertaines.

En 2016, le journal Akher Khabar Online avait annoncé qu’Abu Iyadh a quitté la Libye pour le nord du Mali, avec l’aide d’Al-Qaida, une information qui semble conforter sa présence et peut-être sa mort dans cette région.

Au cours de la même année, il avait été condamné par contumace à une peine de 20 ans de prison ferme pour son implication présumée dans une attaque contre des gendarmes à Goubellat, dans le nord-ouest de la Tunisie.

Abu Iyadh al-Tunisi est depuis septemble 2014 placé sur la liste des terroristes de l’Office des Nations Unies, et son organisation officiellement classée “organisation terroriste” par le gouvernement. Le mouvement est accusé par les autorités d’être derrière les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Plusieurs arrestations dans les rangs du mouvement ont été enregistrées.

Quelques jours avant le décès -jusque là présumé- du terroriste tunisien, les troupes françaises avait mené un raid au nord du Mali dans la nuit du 13 au 14 février 2019, durant lequel plusieurs terroristes des organisations Ansar Eddine et Al Mourabitoune ont été éliminés, et certains capturés, selon un communiqué publié par l’état major des armées françaises.

À l’heure qu’il est, rien ne permet de confirmer qu’Abu Iyadh a été tué par l’armée française. Mais cela reste plausible, étant donné que l’information de Menastream indique qu’il a été retrouvé mort et non tué le 21 février, soit 7 jours après le raid français.

Contacté par le HuffPost Tunisie, l’état major des armées françaises n’a pas nié l’information, déclarant: ”À ce stade, les éléments dont nous disposons ne nous permettent ni d’affirmer ni d’infirmer l’information selon laquelle Abu Iyadh al-Tunisi aurait été mis hors de combat.”

Lire Aussi

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.