MAROC
16/11/2015 06h:08 CET | Actualisé 16/11/2015 08h:04 CET

Après les attentats de Paris, le terrorisme peut frapper "dans les jours qui viennent" pour Manuel Valls

Capture RTL
Après les attentats de Paris, le terrorisme peut frapper

ATTENTATS DE PARIS - Manuel Valls, premier ministre français, prévient. Le terrorisme peut frapper "dans les jours qui viennent, dans les semaines qui viennent", a lancé le premier ministre, invité de RTL ce lundi 16 novembre, tout en assurant qu'il ne disait "pas cela pour faire peur mais il faut être lucide". "Nous allons vivre longtemps avec cette menace", "il faut se préparer à de nouvelles répliques".

Face à la "guerre" contre le terrorisme, "nous n'écartons aucune solution", a ajouté Manuel Valls, qui a souligné que les attentats ont été "organisés, pensés, planifiés depuis la Syrie" et que des opérations du groupe Etat islamique se préparent "en France et dans d'autres pays européens".

LIRE AUSSI:Attentats de Paris: deux nouveaux kamikazes identifiés

"Nous allons vivre avec cette menace terroriste"

Les "terroristes" ont voulu s'attaquer "à la jeunesse", a par ailleurs déclaré Manuel Valls, évoquant "une génération Bataclan", en référence à la salle de concert où a été touché le plus grand nombre de victimes. "Les terroristes, une nouvelle fois, ont voulu s'attaquer à la France, au peuple français, à la jeunesse. Beaucoup de jeunes sont morts, parlent. C'est justement au fond une génération Bataclan", a déclaré le premier ministre.

"Oui, on s'est attaqué à la France, parce que c'est un peuple libre et qui parle au monde à travers ses valeurs universelles", a-t-il poursuivi. "Nous allons vivre avec cette menace terroriste", a encore averti Manuel Valls, s'adressant plus particulièrement à la jeunesse.

"Il y a quelques mois, devant des lycéens, en Seine-et-Marne (département français de la région Île-de-France ndlr), j'avais dit à cette génération qu'elle devait vivre longtemps avec cette menace terroriste, cela m'avait d'ailleurs été un moment reproché comme si je voulais faire peur", a-t-il rappelé. "Non. Nous devons vivre, vivre pleinement, vivre, mais vivre avec cette menace terroriste, pour la combattre ensemble".

Galerie photo Sit-in de solidarité avec la France à Casablanca Voyez les images