ALGÉRIE
11/05/2019 16h:28 CET

Le Syndicat des magistrats regrette l'image "stéréotypée d'une justice qui ne bouge que sur instruction"

RYAD KRAMDI via Getty Images

Dans un communiqué publié ce samedi 11 mai 2019, le Syndicat national des magistrats (SNM), a rejeté des accusations portées par des “parties officielles et non-officielles” contre les juges, affirmant qu’ils assument leur missions conformément aux principes de légalité et d’équité”.

“Des parties, officielles ou non-officielles, ont pris l’habitude de dessiner une image stéréotypée d’une justice qui ne bouge que sur instruction”, regrette le SNM dans son communiqué.

“Les juges refusent qu’on traite avec eux comme un appareil qui n’entre en action que sur ordre ou sur convocation. Ils sont attachés à leur droit constitutionnel, qui est réclamé par le peuple, d’être un pouvoir indépendant qui assume ses missions conformément aux principes de légalité et d’équité, d’après une approche d’impartialité et dont le but est d’être juste”, a rajouté le syndicat.

La même source, qui s’est engagée à protéger les juges contre toute tentative d’atteinte à leur intégrité et leur indépendance, a affirmé qu’ils se tiennent à équidistance de toutes les catégories sociales et appellent tout le monde à leur faire confiance sans tutelle ni pression”.

Le SNM a ensuite affirmé que la seule garantie et l’unique protection de la justice ne peut venir d’aucune partie en dehors de l’autorité judiciaire”.

“Cela peut être mis en pratique par une série de procédures consacrant une totale indépendance des juges, à commencer par la révision des lois et des structures qui organisent l’action du juge et son parcours professionnel. On ne peut pas parler de justice indépendante et protégée avec les lois et les structures actuelles”, estime le syndicat

Cette organisation a fait part de sa détermination à se porter partie civile pour protéger et soutenir les juges, en s’opposant à toute tentative d’atteinte à leur intégrité à travers des déclarations, des insinuations ou tout autre comportement. 

“L’appel pour une Algérie nouvelle implique un appel pour l’indépendance de la justice. Une justice qui doit être débarrassée de toutes les embûches matérielles et humaines. C’est ce que nous voulons atteindre en vue de contribuer d’une manière efficace à faire sortir le pays de la crise et l’amener vers des rivages sûrs, avec le peuple souverain dans le cadre des institutions constitutionnelles qui expriment sa volonté libre”, conclut le communiqué.