MAROC
14/05/2019 18h:28 CET | Actualisé 14/05/2019 18h:28 CET

Le SYF Tour revient tirer le portrait de Rabat et de ses habitants

Le concept franco-marocain propose 4 nouveaux shootings dans la capitale pendant ramadan.

Shoot Your Face

RAMADAN - 4 dates pour capturer Rabat au travers de ses habitants. Pendant ramadan, l’équipe franco-marocaine de Shoot Your Face (SYF) revient dans la capitale avec ses black box et ses shootings. Objectif: continuer de tirer le portrait de 1001 Rbatis.

Le projet est initié par les photographes Sébastien di Silvestro et Perrine Sarazain et porté par l’Association 1001. Depuis plus d’un an et demi, l’équipe sillonne les quartiers symboliques de Rabat pour aller à la rencontre de ses habitants. Installée dans ses tentes, ses black box, elle invite la population à enrichir son album photo sociologique d’une capitale contemporaine.

Sous la tente, les participants sont photographiés, filmés et interviewés. “En parallèle des shootings, environ 80 interviews plus longues se déroulent en privé pour collecter des récits de vies représentatifs et des mémoires marquantes, formant ensemble le portrait inédit de la Rabat d’aujourd’hui”, précise un communiqué.

A la fin des deux ans de travail, Shoot Your Face exposera les portraits en format géant dans la ville “pour un moment de partage exceptionnel entraîné par ce patient travail de lien social. Un livre d’art sera également édité, avec ces 1001 portraits photo et récits, en collaboration avec des chercheurs en sciences humaines”, ajoute l’équipe. Pendant les trois mois de cette exposition à ciel ouvert, conférences, workshops, ateliers pédagogiques scolaires sont également au programme. 

En attendant, rendez-vous le vendredi 17 mai 2019 de 20h30 à minuit à Mahaj Riad (Hay Riad), le vendredi 24 mai 2019 de 20h30 à minuit au Quai du Bouregreg (Marina de Rabat), le lundi 27 mai 2019 de 20h30 à minuit à la Résidence Kays (Agdal) et le jeudi 30 mai 2019 de 20h30 à minuit à la Place Pietri (Hassan). “Dans la Blackbox chacun est légitime, chacun est beau, chacun a son histoire et ne fait que passer...”.