MAROC
28/04/2019 15h:36 CET

Le site historique Sijilmassa ouvrira bientôt ses portes au public

Cette ville en ruines était un passage obligé des caravanes commerciales au VIIIe siècle.

Werner Forman via Getty Images

CULTURE - Carrefour du commerce transsaharien au VIIIe siècle, la ville médiévale de Sijilmassa va bientôt ouvrir ses portes au grand public. Le ministère de la Culture et de la Communication a annoncé, dimanche, l’ouverture imminente de ce site historique en ruines, après les travaux de rénovation.

Dans un communiqué, le ministère indique qu’un programme d’interventions portant sur le réaménagement et l’entretien du site, qui se trouve au sud d’Errachidia, dans la région de Tafilalet, a été mis en place dans le cadre des orientations stratégiques du département Culture du ministère, “visant la sauvegarde et la valorisation du patrimoine archéologique et historique, matériel et immatériel”.

Heritage Images via Getty Images

Des opérations archéologiques et de prévention visant à “garantir l’intégrité du site” ont ainsi été entreprises, et le personnel de sécurité et la clôture de protection ont été préalablement installés, annonce le ministère.

Un bâtiment pour accueillir les chercheurs

Par ailleurs, une enveloppe budgétaire d’un million de dirhams a été allouée pour la restauration d’un édifice du site, baptisé “La maison du chercheur”, dont la vocation est d’accueillir les étudiants et chercheurs, marocains et étrangers, en archéologie et en patrimoine.

“Ce programme d’action porte sur l’étude et la classification des reliques, la mise en place d’une unité de conservation ainsi qu’un centre pour la préservation et la mise en valeur des richesses du site”, relève le ministère.

DEA / S. VANNINI via Getty Images

A travers ces mesures, le département de Mohamed Laaraj souhaite inscrire le site sur le parcours touristique de la région. Pour cela, les services d’accueil ont été améliorés, et Sijilmassa sera promu auprès du public national et international en tant que destination touristique.

Le ministère a également entrepris le recensement et l’archivage des composantes et richesses que recèle le site qui se trouve à une quarantaine de kilomètres des célèbres dunes de Merzouga, à travers un programme d’investigations sur le terrain, dirigé par une équipe de spécialistes en archéologie. Il s’agit de “créer une base de données exhaustive qui sera mise à la disposition des chercheurs et du public”, conclut le communiqué.