MAROC
04/04/2019 12h:18 CET | Actualisé 04/04/2019 12h:32 CET

"Le sel de ma terre": Des centaines d’œuvres de Hassan El Glaoui à l'honneur au Musée Mohammed VI

Un hommage au génie créatif du peintre marrakchi décédé le 23 juin 2018

Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain

CULTURE - Imaginée comme une immersion dans le parcours créatif de l’un des premiers artistes figuratifs marocains, “Le Sel de ma Terre” exposition hommage à Hassan El Glaoui, s’invite au musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain (MMVI) de Rabat. Regroupant une centaine d’œuvres datant de 1940 à 2010, l’exposition qui se poursuit jusqu’au 31 août, parcourt sept décennies de travail créatif de l’artiste peintre marrakchi décédé le 21 juin 2018.

Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain

Agencées dans un parcours à la fois rétrospectif et thématique pensé par Touria El Glaoui, fille de l’artiste et commissaire de l’exposition, les oeuvres présentées dans le cadre de l’expo inaugurée le mardi 2 avril dernier, en présence de nombreuses personnalités, abordent plusieurs aspects clés de l’oeuvre de Hassan El Glaoui, de son travail de portraitiste représentant des personnages de son entourage intime (sa femme et ses filles notamment), jusqu’aux scènes d’intérieur propres à la vie au Maroc dans les années 40-50 en passant par les natures mortes. Des tableaux chers à l’artiste, qui furent très peu montrés de son vivant. L’exposition présente par ailleurs une large sélection d’œuvres s’intéressant à la vie culturelle et politique de royaume.

Gabriel Sousan

Le cheval, autre sujet de prédilection de l’artiste, pour lequel il développe une véritable fascination dès l’enfance, et tout particulièrement les fantasias, tiennent une place de choix dans l’oeuvre de Hassan El Glaoui. Né à Marrakech
en 1923, fils de Thami El Glaoui, Pacha de Marrakech, Hassan El Glaoui, durant toute sa vie de peintre, raconté et représenté cette tradition équestre berbère très ancienne de simulations d’assauts militaires prenant la forme de parades. 

“Le thème des scènes équestres, affectionné et maîtrisé, peint et repeint jusqu’à l’obsession par l’artiste montre la capacité du peintre à faire d’un seul et unique type de représentation son canon personnel, changeant dans la stabilité, et continuellement innovant. Voilà le génie de Glaoui: par son dévouement à son sujet de prédilection, il crée un style unique avec lequel il se démarque
de tous ses contemporains”, déclare Abdelaziz El Idrissi, directeur du Musée Mohammed VI.

Ayant connu l’homme et l’artiste, Touria El Glaoui offre au public un beau voyage à travers les différentes périodes qu’il a traversées et les thèmes qu’il a traités.Mehdi Qotbi, Président de la Fondation Nationale des Musées

Ayant exposé à Paris dès 1950 et à New York dès 1951, Hassan El Glaoui est considéré comme l’un des pionniers de l’art moderne au Maroc. Avec “Le Sel de ma Terre”, le MMVI offre une vision globale et rend compte de l’évolution du travail du peintre, dès ses jeunes créations d’inspiration fauviste à ses paysages et scènes aériennes aux couleurs lumineuses. Le visiteur remonte ainsi le fil du temps des premières œuvres de l’artistes, avant qu’il n’intègres l’école des Beaux-Arts de Paris, jusqu’à la consécration.

“Grâce à un parcours chronologique thématisé, l’exposition permettra aussi de faire connaître à un plus large public l’autre facette de Glaoui, donnant à voir ses premières recherches picturales et la douceur de ses natures mortes et ses portraits”, souligne Abdelaziz El Idrissi.

Il est à noter que l’accès au musée est gratuit le vendredi pour les nationaux et les résidents étrangers au Maroc, et le mercredi pour les étudiants, sur présentation de leur carte d’étudiant.