TUNISIE
31/08/2018 11h:31 CET | Actualisé 31/08/2018 13h:02 CET

Limogé, le secrétaire d'État aux mines Hechmi Hmidi dément les soupçons de corruption

Comprenant la décision du chef du gouvernement, il indique qu’il est normal qu’un ministre impliqué dans une affaire judiciaire quitte le gouvernement

Le secrétaire d’État aux mines Hechmi Hmidi, limogé vendredi par le chef du gouvernement Youssef Chahed -en plus de plusieurs autres responsables- a affirmé donné à Shems Fm les raisons de son limogeage.

Selon lui, la décision du chef du gouvernement de le limoger fait suite à une plainte au pénal qui a été portée contre lui pour la vente d’engrais à une compagnie étrangère: 

“Quelqu’un a porté plainte contre moi devant la justice. Je confirme qu’il s’agit d’une accusation fantaisiste contre ma personne” a-t-il expliqué affirmant qu’il s’agit d’une vente d’engrais qui est liée au conseil d’administration du Groupe Chimique et sur lequel le ministère n’a aucun contact direct ou indirect.

“Nous avons toutes les preuves que le ministère n’est pas impliqué (...) et nous avons confiance en la justice de notre pays” a-t-il expliqué affirmant ne pas avoir été entendu par la justice dans cette affaire. 

Comprenant la décision du chef du gouvernement, il indique qu’il est normal qu’un ministre impliqué dans une affaire judiciaire quitte le gouvernement pour ne pas “atteindre le travail gouvernemental” niant au passage son implication dans une affaire de corruption.

D’après la radio Mosaïque Fm, le juge d’instruction auprès du Pôle judiciaire financier a ordonné une interdiction de voyager à l’encontre de Hechmi Hmidi suite à une plainte déposée par un homme d’affaires irakien pour corruption. Selon la même source, Hmidi aurait demandé des pots-de-vin pour faciliter certaines procédures à l’homme d’affaires.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.