TUNISIE
18/01/2019 13h:43 CET | Actualisé 18/01/2019 13h:46 CET

Le scénario d'une destitution de Donald Trump relancé après un aveu de son ex-avocat

Michael Cohen a assuré avoir menti au Congrès à la demande de Trump. Si avérée, cette faute grave pourrait déclencher une procédure d'impeachment.

Le HuffPost

ÉTATS-UNIS - Donald Trump a-t-il forcé la main de son avocat? Le président des États-Unis aurait exigé de Michael Cohen qu’il mente devant le Congrès au sujet des négociations relatives à la construction de la Trump Tower à Moscou, selon les informations de BuzzFeed ce jeudi 17 janvier. Alors que Donald Trump est fragilisé par les soupçons de collusion avec la Russie, cette révélation relance le scénario d’une possible destitution, selon les élus démocrates.

Pour rappel, le projet immobilier, vieux rêve du milliardaire américain, avait été relancé en 2015. En pleine campagne présidentielle, des discussions avaient alors eu lieu, le Kremlin confirmant avoir reçu un mail de l’avocat Michael Cohen, en janvier 2016.

Selon deux sources interrogées par le média américain, l’ancien avocat de Donald Trump a confié à Robert Mueller -chargé de la tentaculaire enquête sur une éventuelle collusion entre l’équipe Trump et la Russie en 2016- que le président américain lui a demandé de mentir.

Le milliardaire New-Yorkais aurait en effet exigé qu’il “prétende que les négociations se sont terminées bien” avant que ce ne soit le cas afin de dissimuler une partie de ses relations avec les Russes. Une situation qui aurait été confirmée après les interrogatoires de plusieurs témoins et la consultation de documents internes.

Entrave à l’exercice de la justice

Pour rappel, Michael Cohen avait reconnu en novembre dernier que ses contacts avec Moscou pour promouvoir le projet de Trump Tower se sont poursuivis alors que la campagne était déjà très avancée, contrairement à ce qu’il avait affirmé d’abord au Congrès. Il a aussi reconnu avoir été approché fin 2015 par un Russe qui proposait une coopération “politique” avec l’équipe Trump. Selon les informations, il a maintenant expliqué qu’il avait procédé de la sortir spécifiquement à la demande du président.

L’élu démocrate de Californie a immédiatement réagi sur Twitter en dénonçant une “entrave à la justice”, rappelant que ce que le premier chef d’accusation qui avait permis la destitution du président Richard Nixon n’était autre qu’“entrave à la justice”.

De nombreux autres élus démocrates lui ont emboîté le pas en promettant de déclencher une enquête pour faire la lumière sur ces révélations.

Le fait que le président des États-Unis pourrait avoir [menti] devant notre comité dans le but de mettre fin à l’enquête et de dissimuler ses relations commerciales avec la Russie est parmi les plus graves à ce jour. Nous ferons le nécessaire pour savoir si c’est vrai”.

Écoutez, si Mueller dispose de plusieurs sources confirmant que Trump a demandé à Cohen de mentir au Congrès, nous devons le savoir dès que possible. Mueller ne devrait pas mettre fin à son enquête, mais il est temps qu’il montre ses cartes au Congrès avant qu’il ne soit trop tard pour agir”.

En se fondant sur l’article de BuzzFeed et de nombreux autres articles montrant que Donald Trump a commis une entrave à l’exercice de la justice et d’autres crimes éventuels, il est temps pour the House Judiciary Committee de commencer à tenir des audiences pour établir un dossier établissant si le président a commis des crimes graves”.

“Si le président a ordonné à Cohen de mentir au Congrès, c’est une entrave à l’exercice de la justice”

“Nous allons destituer ce fils de pute”

 

 

Dès son accession jeudi au Congrès américain, une des nouvelles représentantes démocrates avait déjà promis de destituer le président Donald Trump dans une virulente attaque frontale. “Nous allons destituer ce fils de pute!”, avait lancé Rashida Tlaib à ses partisans dans une vidéo.

Le scénario d’une destitution du président américain a déjà été envisagé par le passé, en décembre dernier, notamment, après les déclarations de son ex-avocat Michael Cohen sur des paiements douteux.

Mais peut-il pour autant prendre forme? Cette procédure de mise en accusation, connue en anglais sous le nom d’“impeachment”, prend la forme d’un procès devant le corps législatif. Pour démettre de ses fonctions le président en cas de “trahison, corruption ou autre crimes et délits graves”, la Chambre des représentants est chargée de la mise en accusation. Cette dernière étant démocrate l’hypothèse serait envisageable. Resterait alors la seconde étape: le passage devant Sénat à qui il revient d’émettre un jugement. Ces élus étant en majorité républicains, le déclenchement de la procédure serait compliqué.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.