MAROC
29/05/2019 11h:38 CET | Actualisé 29/05/2019 11h:47 CET

Le roi Mohammed VI reçoit Jared Kushner, en tournée au Maroc, en Jordanie et en Israël

Chargé du plan de paix israélo-palestinien, le gendre et conseiller de Donald Trump visitera cette semaine les villes de Rabat, Amman et Jérusalem.

POLITIQUE - Le roi Mohammed VI, accompagné du prince Moulay El Hassan, a reçu ce mardi 28 mai Jared Kushner, Conseiller principal du président des États-Unis d’Amérique et chargé du plan de paix israélo-palestinien. À la Résidence royale à Salé, le souverain a offert un iftar en l’honneur de son hôte qui, outre Rabat, visitera également cette semaine les villes de Amman et Jérusalem. 

Pour cet iftar, étaient présents le conseiller du roi, Fouad Ali El Himma, et le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, tandis que Jared Kushnerdu était accompagné de Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales, rapporte la MAP.

Le roi Mohammed VI s’est auparavant entretenu mardi avec Jared Kushner, abordant notamment le renforcement du partenariat stratégique entre le Maroc et les États-Unis, ainsi que les évolutions et développements que connait la région d’Afrique du Nord et du Moyen Orient.

Le Maroc est un pays “ami et allié important” des États-Unis, a indiqué sur Twitter le représentant spécial américain pour les négociations internationales, Jason Greenblatt. Dans un tweet, ce dernier s’est dit “honoré” d’avoir pris part à cet iftar.

À l’issue de sa visite à Amman et Jérusalem, Jared Kushner, qui s’est vu confier il y a deux ans la charge de parvenir à l’“accord ultime” entre Israël et la Palestine, se rendra ensuite, à compter du 1er juin, à Montreux, en Suisse, puis à Londres où il participera à la visite d’Etat au Royaume-Uni de Donald Trump.

Les 25 et 26 juin prochain, à l’occasion d’une conférence à Manama, les Etats-Unis devront dévoiler le volet économique de ce plan de paix israélo-palestinien, dont le contenu politique n’a toujours pas été annoncé. L’Autorité palestinienne a annoncé qu’elle n’y participerait pas. Les Palestiniens boycottent l’administration américaine depuis que Donald Trump a rompu avec des décennies de consensus en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre 2017.