MAROC
10/05/2019 13h:31 CET

Le retard de l'ouverture du pont de Sidi Maârouf à Casablanca expliqué par The Tberguig

“Quelques éclaircissements sur le Pourquoi (pas) du Comment de ce Pont de Sidi Ma3reftch (Je ne sais pas, ndlr)”

DR

SOCIETE - Le retard de l’ouverture du pont de Sidi Maârouf à Casablanca, qui vient juste d’être mis en service ce vendredi matin, a provoqué un ras-le-bol et de l’exaspération chez les automobilistes de la capitale économique et ses environs. Si sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes spéculaient quant aux raisons de cet interminable retard, The Tberguig a partagé ses explications dans une nouvelle vidéo humoristique.

“Quelques éclaircissements sur le Pourquoi (pas) du Comment de ce Pont de Sidi Ma3reftch (Je ne sais pas, ndlr)” précise l’humoriste dans sa publication sur Instagram. Non acheminement des matériaux à temps, retard de l’inspection des travaux publics ou encore grève des ouvriers? Rien de tout cela... Dans cette vidéo, la jeune comédienne se glisse dans la peau d’un responsable des travaux publics du pont de Sidi Maârouf et livre les motifs du retard de ce pont attendu depuis plusieurs années et dont l’ouverture était initialement prévue fin 2018.

“Ok, pourquoi on ne l’a pas ouvert? Pour la simple et bonne raison que c’est comme, par exemple, quand quelqu’un te ramène une serviette de bain neuve d’Italie et un savon neuf encore emballé, tu le mets dans le placard de ta mère pendant 6 mois, un an, puis tu finis par le ressortir. C’est logique. C’est la même chose pour les infrastructures publiques. On n’a pas fait le pont instantanément et la vie des Casablancais et la circulation ne sont pas désengorgées. Non, ce n’est pas notre politique” précise le personnage. “On veut que ce pont soit le pompon sur le PIB, un monument ou un monu-pont” ajoute-t-elle pour justifier les longues années de travaux et d’attente de ce pont à haubans. 

Si vous n’êtes pas convaincus par ces arguments, l’humoriste fournit une autre hypothèse, toujours plus bancale. Pour elle, ce pont, “c’est comme une jeune femme que tu vas marier sans la courtiser, tu retires la séduction, la cour, la drague” avant d’ajouter que pour les infrastructures publiques, “c’est logique, c’est la même chose”.

Après avoir fait un benchmarking de “tous les ponts du monde, même le pont d’Avignon”, The Tberguig fait une révélation inattendue: ce pont destiné aux voitures ne le sera plus. “8 ans à faire un pont pour que des voitures lui passent dessus? Il n’en est pas question. Donc il sera une voie piétonne. Cela a été convenu, à l’unanimité par 4 personnes... qui ont été unanimes” conclut-elle.

Opérationnel depuis ce vendredi mais toujours pas inauguré officiellement, ce pont voulu par le roi Mohammed VI dans le cadre du Plan de développement du Grand Casablanca, et censé répondre aux nombreux problèmes de circulation et de trafic au sud de la ville, exaspérait les habitants de Casablanca qui, chaque jour, passaient devant sans pouvoir l’emprunter. D’après l’Economiste, près de 100.000 véhicules circulaient tous les jours sur la bretelle qui contourne le pont, avec un trafic estimé à 17.000 voitures/h en heures de pointes, selon des chiffres du ministre du Transport.