LES BLOGS
30/07/2019 16h:32 CET | Actualisé 30/07/2019 16h:34 CET

Le repos du guerrier

De la petite citoyenne que je suis et qui a toujours gardé un œil attentif sur la situation socio-politique de mon pays, permettez-moi de vous remercier et de vous tirer ma révérence...

Anadolu Agency via Getty Images

Aujourd’hui, loin de toute analyse, de toute cacophonie politique, loin de tout bilan, et de tous lobbies, l’heure est au recueillement! 

L‘heure est à l’hommage à l’Homme Mohamed Béji Caied Essebsi.

Jeudi 25 juillet 2019 restera une date bien triste pour les Tunisiens et pour la scène politique.

Apres avoir été nommé plusieurs fois ministre sous Habib Bourguiba dont vous êtes grand disciple, vous avez tiré votre révérence durant les premières années du règne dictatorial de Ben Ali. Face à une situation chaotique et turbulente qu’a vécu le pays après la révolution, vous réintégrez la politique en 2011. Les tunisiens éclairés et principalement les tunisiennes vous rappellent en 2014 par le biais des urnes afin de vous élire premier Président de la République Tunisienne au suffrage universel direct avec 55 % des voix et vous ouvrent les portes de Carthage.

S’il est vrai que beaucoup de vos positions ont suscité certaines polémiques, et que le chemin pour un pays prospère reste encore caillouteux, votre nom restera néanmoins à jamais gravé dans nos mémoires et dans les livres.

Monsieur le Président, en dépit de tout,

MERCI d’avoir su par votre abnégation et votre dévouement garantir la pérennité de la démocratie et de la République pour une Tunisie libre et indépendante comme elle l’a toujours été et comme elle le restera toujours!

MERCI d’avoir toujours été ce grand rassembleur de la nation en dépit des profonds désaccords et des éternels conflits au sein de la scène politique, et parfois au sein même des Tunisiens!

MERCI d’avoir toujours constitué un fort rempart contre les obscurantistes, contre les ennemis de la République, contre tous ces “Tartouro-salafo-barbus” qui nous ont fait vivre nos pires cauchemars en voulant faire de notre pays un “Tunistan” régi par la Charia au drapeau noir, tout noir et qui ne nous a jamais appartenu ! Ils peuvent toujours rêver !

MERCI d’avoir laissé un pays fier et debout, un pays toujours aimé et toujours convoité en dépit de tout ce qui a bien pu se passer en ces temps troubles !

MERCI d’être parti par la grande porte et de nous avoir laissé ce fort message pour lequel vous vous êtes battu au prix de votre santé et de votre bien être, au prix de votre confort et au prix de votre repos physique et mental: “Je pars, mais la République reste” !

MERCI d’avoir foncièrement appelé au rassemblement et à l’union et de vous être battu corps et âme contre la division et la décomposition d’un pays en proie à l’effritement et aux opportunistes!

MERCI d’avoir toujours appelé à un État de droit et à un État libre au drapeau rouge et blanc, toujours le rouge et le blanc et à jamais le rouge et le blanc! Ce beau drapeau qui a toujours flotté majestueusement en Tunisie et sous d’autres cieux !

MERCI d’avoir obstrué le passage à tous ces opportunistes et à tous ces faux militants ! A ces profiteurs qui ont toujours milité non pas pour la Patrie mais pour leurs partis !

Monsieur le Président,

MERCI de vous être battu jusqu’au bout pour la loi sur l’Égalité dans l héritage, même si cette loi n’a pas été votée !

MERCI d’avoir permis à la femme Tunisienne de pouvoir voyager avec ses enfants sans aucune autorisation préalable du père !

MERCI d’avoir été le président de la communication et de la paix en instaurant le grand Dialogue national !

MERCI d’avoir continué dans la même lignée du grand Bourguiba à inscrire la Tunisie, pays précurseur des droits de la Femme tunisienne. L’histoire retiendra votre combat pour son émancipation: “Les femmes tunisiennes sont la clé de voûte de la démocratie” avez-vous déclaré à maintes reprises devant les médias du monde entier !

MERCI d’avoir toujours œuvré pour la Francophonie en tissant des liens forts, solides et inébranlables avec la France et ainsi permettre le sommet de la Francophonie sur notre sol qui se tiendra en 2020. Vous ne serez hélas plus là pour vivre cette fierté avec nous !

MERCI d’avoir toujours été contre toute forme de censure en autorisant les journalistes, les humoristes, le monde du show biz à s’exprimer sans jamais porter atteinte à la liberté d’exercer leur métier avec déontologie !

Monsieur le Président,

MERCI de nous avoir fait honneur à chacune de vos visites officielles et d’avoir été ce que le monde entier appelle “une Exception tunisienne”,

MERCI d’avoir assisté à tous ces sommets et tous ces congrès avec autant de sérieux et d’autorité et de nous avoir représenté en étant ce président laïc, moderniste et progressiste, au milieu des plus grands pays et des plus grandes puissances mondiales !

MERCI d’avoir toujours brillé par votre profonde culture, par votre plurilinguisme, par votre fort charisme et par votre prestance à chacun de vos déplacements en Tunisie et à l’étranger !

MERCI de vous être toujours adressé à votre peuple en dialecte tunisien tel que l’a fait votre prédécesseur Habib Bourguiba et d’avoir instauré ce lien de proximité avec les plus déshérités, loin de tout snobisme intellectuel et loin de tout pédantisme !

Monsieur le Président,

MERCI de ne pas avoir été un président mondain et orgueilleux, de ne pas avoir un président des riches et de la grande bourgeoisie comme il en existe beaucoup ! La modestie et la simplicité furent vos mots d’ordre !

MERCI d’avoir été un homme d’État jusqu’à votre dernier souffle et d’avoir respecté la constitution au pied de la lettre !

MERCI d’avoir tenu votre promesse et d’avoir été au terme de votre mandat en dépit de toutes les difficultés et de toutes les adversités ! En dépit de tous les conflits et de toutes les impasses !

MERCI d’avoir rapidement repris vos fonctions après votre grave malaise et votre hospitalisation pour servir jusqu’au bout les Tunisiens !

Monsieur le Président,

MERCI de n’avoir jamais failli à vos facultés mentales qui, en dépit de votre âge ont fait pâlir de jalousie beaucoup de vos adversaires bien plus jeunes et bien plus forts !

MERCI de nous avoir toujours séduits par votre background intellectuel et votre pragmatisme, votre art de la rhétorique et votre extraordinaire lucidité du haut de vos 92 printemps !

MERCI d’avoir fait en sorte qu’en ces jours de deuil, nous tunisiens, ayons su développer et mettre en avant cet énorme capital sympathie, cet élan d’affection et d’amour que nous portons à votre égard et que le monde entier vous témoigne !

MERCI d’avoir laissé un pays pacifique qui a su rapidement appliquer les principes démocratiques après votre départ et permettre au plus grand désespoir de certains ainsi qu’au dam de certaines télévisions étrangères à ce que seul le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) puisse vous succéder, sans arme ni violence, sans haine ni rancune ! Sans force ni coup d’État ! Une grande leçon donnée au monde entier !

MERCI d’avoir excellé si dignement et si noblement votre départ, pour un monde meilleur loin de toute cupidité et de tous intérêts personnels, loin de toutes magouilles et de tous discours stériles !

MERCI d’avoir choisi ce jour si symbolique pour lier votre destin à celui de la Tunisie en ce 25 juillet 2019, fête de la République !

MERCI de vous être approprié l’estime et la sympathie de beaucoup de pays étrangers qui ont été jusqu’à mettre leur drapeau en berne en décrétant un deuil national et qui plus est, ont répondu présents à vos obsèques pour saluer d’abord le Grand Homme que vous avez été, puis votre parcours au terme de 60 années d’engagement patriotique. Ceux-ci seront là pour vous accompagner à votre dernière demeure sous les applaudissements et les honneurs de tout votre peuple !!

Monsieur le président, j’aurais aimé vous donner ma jeunesse pour continuer ce que vous avez commencé ! 
J’aurais aimé vous donner ma jeunesse pour protéger le pays de tous les vautours qui le guettent comme vous l’avez toujours fait !

Prise par l’émotion, je ne pouvais vous laisser partir sans vous avoir adressé ces quelques mots, sans vous avoir témoigné de ma profonde gratitude !

L’histoire retiendra votre nom. Vous partez sous les honneurs, sous les applaudissements, sous la gratitude de tout votre peuple et des plus grands dirigeants du monde entier !

De la petite citoyenne que je suis et qui a toujours gardé un œil attentif sur la situation socio-politique de mon pays, permettez-moi de vous remercier et de vous tirer ma révérence !

Adieu Mister Président !

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.