ALGÉRIE
11/03/2019 10h:50 CET | Actualisé 11/03/2019 11h:10 CET

Le Régime est moribond mais ses manœuvres sont encore dangereuses !

Anadolu Agency via Getty Images

L’immense bouleversement que connaît l’Algérie m’a fourni l’occasion le 6 mai dernier d’une adresse à mes compatriotes sur le site “Socialgerie”.

Ce texte, écrit dans l’urgence, n’épuisait évidemment pas les questions soulevées par le mouvement actuel. Face à l’Histoire et devant le Peuple, nous sommes tous comptables. Pour la première fois depuis des décennies, le Peuple arrache à un Pouvoir condamné mais récalcitrant la possibilité de reprendre notre marche vers une authentique émancipation.

A ce stade, LES ENJEUX SONT IMMENSES ET LES PIÈGES NOMBREUX. Il ne s’agit pas du seul Président sortant ou de son premier cercle. Les soutiens intérieurs et internationaux du Système resteront à l’œuvre. Les évolutions rapides appellent chaque jour à y faire face avec attention et vigueur.

Dans l’immédiat, il s’agit d’élargir et renforcer les premiers acquis du soulèvement populaire, avec son ampleur et ses qualités. Il est vital désormais de les consolider par une vigilance accrue dans deux domaines liés entre eux, C’est le cas dans le domaine pratique et organique pour déjouer les dérives provocatrices. Et de plus en plus  dans le domaine primordial des orientations politiques, en adaptant avec soin et réflexion les mots d’ordre d’action les plus appropriés aux objectifs assignés à chaque étape nouvelle, atteinte par le mouvement, sans retard ni précipitation.  

Pour les cercles prédateurs au pouvoir, il faut faire en sorte que la volonté de se maintenir coûte que coûte  ne puisse s’accompagner d’épisodes répressifs et d’action sanglante.

Le régime moribond bouge encore ; pour preuve le recours à des baltaguias pour agresser les forces de l’ordre et la tentative d’incendie d’un musée lors de la manifestation d’hier ou la fermeture autoritaire des universités, décrétée  quinze jours avant la date des vacances. Ou bien, si leurs tuteurs étrangers lui intiment de rester dans la niche, le clan aux abois ne manquera pas de tenter de dilapider, de détourner et de voler, dans un ultime sursaut de prédation et de déprédation, tout ce qui peut encore l’être.

Il n’y a aucune fatalité à cette alternative. Dans les deux cas, un appel est lancé aux patriotes, jeunes et moins jeunes, civils ou policiers et militaires, pour conjurer ces deux dangers au travers de l’organisation de cercles de vigilance à tous les niveaux territoriaux et professionnels.

Les membres des services de sécurité non impliqués dans le sabotage du pays doivent veiller à parer les coups tordus. Nombre d’entre eux ont commencé à montrer leur compréhension envers leurs compatriotes, ils ne doivent pas rester isolés face à leurs hiérarchies. Nous avons toutes et tous un parent, un ami, un voisin qui appartient à l’un de ces corps.

C’est  le devoir de chacun d’aller vers eux à l’image de ce qu’ont déjà fait des centaines de femmes et d’hommes lors des manifestations. Nous devons les aider à tenir leur serment d’engagement de servir la Patrie et non pas une caste.

S’agissant de la préservation de notre patrimoine économique, chacun et chaque collectivité territoriale ou professionnelle  peut alerter et mobiliser les travailleurs, employés et cadres honnêtes des entreprises, des administrations et des banques, les syndicalistes, afin qu’ils signalent à l’opinion nationale, et bloquent toute tentative de « coulage » de notre économie sous quelque forme que ce soit. Il est particulièrement nécessaire de veiller à vérifier, à l’aune des intérêts supérieurs de la Nation, la pertinence de toute tentative de commandes ou de signature d’accords économiques, comme il faudra surveiller avec acuité tout mouvement de fonds vers l’étranger.

Ces deux axes ne sont qu’une proposition de ce qu’il est possible de faire et n’épuisent pas,  loin s’en faut, les sujets de réflexion, de discussion et d’action possibles.

Le rôle de chacun, à partir de là où il se trouve et d’où il se connecte, est d’être un catalyseur  d’expériences et comme un fédérateur des lanceurs d’alerte.

“Socialgerie” se joint à toutes les initiatives allant dans ce sens et renouvelle ses dispositions à accueillir toute contribution susceptible d’enrichir notre réflexion collective.

A tous et toutes, j’adresse mes salutations fraternelles.

Vive la lutte patriotique du Peuple en mouvement pour une Algérie Libre et Souveraine, Démocratique et Sociale.

 

Sadek HADJERES, Socialgerie.net

9 Mars 2109