ALGÉRIE
15/09/2019 19h:01 CET

Le RCD dénonce la mise sous mandat de dépôt de manifestants

Logo du parti
RCD

Le RCD dénonce, dans un communiqué rendu public ce dimanche 15 septembre, la mise sous mandat de dépôt d’une vingtaine de manifestants, poursuivis pour “incitation à attroupement” et “atteinte à la sécurité de l’Etat”, après leur interpellation vendredi 13 septembre 2019 à Alger.  “Ils sont mis sous mandat de dépôt pour rejoindre en prison les autres militants de l’Algérie libre et démocratique. Le RCD dénonce et condamne des méthodes et des pratiques de triste mémoire pour les Algériennes et les Algériens. Ces rafles exécutées par un ministre de l’Intérieur qui a longtemps servi d’agent dans la promotion du régionalisme sous le président déchu déshonorent encore plus les institutions de l’État.” Le crédit de la justice dans la confection de ” supports juridique” pour entériner cet arbitraire fait craindre le pire pour le pays”, s’indigne le parti de Mohcine Belabbas. Et ajoute : “Il est clair depuis trois mois que les arrestations arbitraires et les mises sous mandat de dépôt répondent à une stratégie bien réfléchie par ceux qui ont squatté les centres de décisions en violations des lois, de la Constitution. Il s’agit de faire peur et de diviser le mouvement populaire opérer un coup de force contre la souveraineté que le peuple a décidé de se réapproprierLe rappel des caciques du système pour diriger des structures en relations avec l’organisation des élections tels le panel et l’instance d’organisation des élections sont là pour confirmer que leur seul objectif est de sauver le système corrompu à l’origine des malheurs des Algériens”. Le RCD, qui fait allusion à Karim Younes et à Mohamed Charfi, se dit convaincu que “le replâtrage des lambeaux du système politique ne peut être viable ni durable”.     Il exige la libération de “tous les détenus d’opinion” et met en garde contre “cette politique du pire”.