LES BLOGS
19/08/2019 12h:04 CET | Actualisé 19/08/2019 12h:05 CET

Le rapport des forces est objectivement en faveur du peuple

RYAD KRAMDI via Getty Images

1.    Le combat politique obéit aux mêmes règles que le combat militaire. C’est un rapport de forces qui évolue jusqu’à ce que l’une des forces s’impose à l’autre et la réduise.

2.    Aujourd’hui, l’évolution «parallèle» des forces populaires et de celles du régime, indique un rapport des forces apparemment stable et équilibré.

3.    Pour une solution de la «crise», dans une direction ou l’autre, en faveur du régime ou du peuple, le rapport des forces devra changer de façon significative, en fonction des questions suivantes : De quels moyens disposent les deux camps ? De quelles réserves stratégiques disposent-ils ?

4.    Le régime dispose de ressources financières encore importantes, mais contraintes par son incapacité à les réorienter en dehors de la logique d’une «économie rentière» en faillite, incapable de mobiliser de nouvelles ressources économiques et de nouvelles clientèles politiques qui leur seraient attachées. Il est donc condamné à perpétuer le statu quo. La chute des ressources financières dont il peut disposer l’empêche d’élargir sa base politique au-delà de ses clientèles actuelles, résidus des fausses forces exhibées par le régime dans ses tentatives rituelles d’imposer au peuple l’idée qu’il était condamné à le subir éternellement. 

5.    Le peuple dispose lui de moyens qui ne sont pas sujets à l’érosion des réserves de change. Il dispose d’une ressource politique extrêmement abondante et renouvelable à souhait : la volonté d’un peuple de changer sa condition afin d’assouvir sa soif de dignité, de justice, de liberté. De plus, comme arme stratégique et tactique, le peuple dispose de la révolution pacifique qui, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, fait la preuve de son efficacité et engrange les victoires. 

6.    Parmi ses victoires, celle de donner à voir à tous la réelle identité d’un régime incapable et corrompu dont les représentants les plus importants sont pour moitié en prison et pour moitié figurants dans les «institutions» de son règne finissant.

7.    Même si la situation politique peut parfois paraître confuse ou incertaine, en réalité, le rapport des forces est objectivement en faveur du peuple. Car il lui suffit de durer dans sa volonté et sa calme détermination pour conduire le régime à user ses dernières ressources financières et «politiques», à s’enfoncer dans l’impasse des élections présidentielles à tout prix, à démontrer sa faillite historique.