MAROC
15/06/2018 15h:50 CET

Le rappeur French Montana est désormais citoyen américain

Ne l'appelez plus "french".

BUZZ - “American dream!! La terre où les rêves deviennent réalité”. C’est avec enthousiasme et reconnaissance que le rappeur French Montana entame le témoignage qui, sur Instagram, accompagne une vidéo filmée à l’occasion de la citoyenneté américaine qui lui a été accordée cette semaine:

“Je suis venu du Maroc, en Afrique du Nord, lorsque j’avais 13 ans, je ne parlais pas un mot d’anglais. Nous n’avions que l’espoir, la foi et un coeur riche. Cela m’a pris 20 ans pour faire que ce jour arrive, à force de sacrifices et au risque d’être expulsé du territoire à tout moment. Mais Dieu avait un projet plus grand”, écrit le désormais américano-marocain rappeur, Karim Kharbouch de son vrai nom. ”À partir de maintenant, appelez-moi AMERICAN MONTANA”, conclut-il avec humour. 

“French Montana peut à présent voter aux élections de 2020 et avoir un passeport américain”, commente pour sa part le site TMZqui précise que la démarche du rappeur pour devenir citoyen américain a été amorcée en février 2017, avant d’aboutir mercredi dernier dans l’État du New Jersey.

Dans une autre vidéo, partagée par le site World Star Hip Hop, on voit le rappeur, visiblement heureux, lever la main droite et chantonner une version revisitée de l’hymne national américain. Une vidéo accompagnée de la légende “officiellement citoyen aujourd’hui. Merci Allah”.  

Né au Maroc, French Montana rejoint les États-Unis à 13 ans avec sa famille, et passe la majeure partie de son adolescence dans le Bronx, à New York. “Je ne parlais même pas anglais quand je suis venu aux États-Unis, j’aimais juste la musique et l’élan que je ressentais quand j’en écoutais”, confiait-il en juillet dernier à l’animateur d’origine sud-africaine Trevor Noah. “J’écoutais Cheb Hasni et de la musique marocaine”, expliquait-il pour évoquer ses premières amours musicales, se souvenant qu’au Maroc, il n’était pas encore un très grand fan de rap.

Si le rappeur semble heureux de sa nouvelle citoyenneté, il a toujours tenu à rendre hommage à ses racines marocaines à travers son travail, qu’il s’agisse de tourner le clip d’un de ses succès, “Famous”, à Chefchaouen, ou de lancer une collection de vêtements inspirée de son pays natal, mais aussi à travers son soutien à des associations marocaines à l’instar de CARE Maroc.

L’artiste de 33 ans, qui avait offert son tout premier concert au Maroc l’été dernier, à Casablanca, se produira la semaine prochaine à Rabat, dans le cadre du festival Mawazine. Le concert se tiendra le samedi 23 juin prochain, sur la scène de l’OLM Souissi.