TUNISIE
18/07/2019 17h:04 CET

Le projet de la loi organique relative aux droits des patients et à la responsabilité médicale bientôt discuté en plénière

Ce projet de loi vise à protéger les droits des patients et déterminer la responsabilité médicale.

gorodenkoff via Getty Images

La commission de la santé et des affaires sociales à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a achevé l’examen du projet de la loi organique relative aux droits des patients et à la responsabilité médicale et l’a soumis au bureau de l’ARP afin de fixer une séance plénière pour l’adopter avant la fin de la session parlementaire courante et élaborer un cadre législatif réglant le travail des médecins, a affirmé jeudi, Souhail Alouini, président de la commission.

Ce projet de loi, sur lequel a travaillé la commission pendant trois ans, peut contribuer à protéger les droits des patients et déterminer la responsabilité médicale, notamment dans le cadre du vide législatif existant, a-t-il précisé.

Il procure une explication des principaux concepts utilisés en médecine et prévoit la création d’une ”commission de réconciliation”, formée d’experts et de magistrats, qui sera chargée de résoudre les problèmes dont souffrent les patients à cause d’une erreur médicale, outre la mise en place d’un fonds d’indemnisation, a-t-il expliqué.

D’après le président de la commission, ce projet de loi peut garantir au patient le droit de porter plainte, en cas d’erreur médicale grave et déterminer les responsabilités.

Le cadre législatif actuel de la responsabilité médicale est un cadre général et inadapté aux spécificités des activités et travaux effectués par les professionnels de la santé, a-t-il estimé.

La commission a examiné, parallèlement à ce projet de loi, une autre initiative législative portant sur l’amendement de la loi n°73-55 du 3 août 1973, organisant les professions pharmaceutiques, afin de limiter les dépassements commis dans le cadre de ce secteur à savoir la vente illégale des médicaments.

Plusieurs nouveaux concepts techniques ont été inclus dans le cadre de cette initiative législative, pour faciliter le travail effectué par l’autorité de tutelle, particulièrement, dans le cadre de l’élaboration des circulaires et décrets, a encore fait savoir Alouini.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.