MAROC
28/01/2019 10h:21 CET

Le professeur d'Al Hoceima Hicham Alfaquih achète des chauffages pour ses élèves

"Malgré le froid, on a parfois des enfants qui viennent à l’école vêtus d’un tee-shirt ou avec des sandales aux pieds.”

Hicham Elfaquih Benibouayach/Facebook

GÉNÉROSITÉ - L’un des professeurs les plus connus du Maroc, Hicham Alfaquih, a lancé une nouvelle initiative à destination de ses écoliers. Un appel aux dons pour leur permettre de supporter la vague de froid et d’étudier dans les meilleures conditions lui a permis de récolter des vêtements chauds et 8 chauffages pour les salles de classe.

En cette période hivernale, les écoliers de la région de Nador, où Hicham Alfaquih travaille désormais, doivent aller à l’école avec des températures comprises entre 2 et 3 degrés, en parcourant parfois de nombreux kilomètres. “Ces températures sont négatives dès lors qu’il neige. Malgré le froid, on a parfois des enfants qui viennent à l’école vêtus d’un tee-shirt ou avec des sandales aux pieds”, précise le professeur au HuffPost Maroc.

Grâce à l’appel aux dons lancé il y a plus d’une semaine, les enfants vont recevoir des chaussettes, des bonnets de laine et des gants, ainsi que quelques pulls et des vestes. Mais surtout, dès qu’ils arriveront dans leur salle de classe, ils seront maintenant au chaud. Une généreuse donatrice marocaine installée en France a fait don de 4.200 dirhams. “Je lui ai suggéré d’acheter des chauffages avec l’argent, ce qu’elle a accepté. Je ne dépense jamais l’argent qui nous est donné sans l’accord des personnes, afin que les donateurs sachent précisément comment sont employés les fonds qu’ils nous accordent”, nous explique Hicham Alfaquih.

L’appel aux dons est toujours d’actualité, poursuit Hicham Alfaquih, qui veut d’ailleurs que celui-ci profite à présent à plus d’écoliers. “J’ai par exemple été contacté par une enseignante à Jerada, qui a manifesté son intérêt pour des vêtements chauds pour sa classe. Nous pensons élargir l’appel initial pour 250 élèves à 500 élèves”, précise l’instituteur.

Ramener les enfants sur le chemin de l’école

Avant d’arriver devant les bancs de l’école, Hicham Alfaquih a travaillé pendant 16 ans dans le monde associatif. “Je suis très sensible aux actions qui font appel au sens de la solidarité. Même aujourd’hui, j’essaie d’exploiter mes liens avec la société civile”, souligne-t-il. En 2017, son affectation au village de Tafsast (région d’Al Hoceima) lance sa carrière d’instituteur. 

Quand il arrive, l’école n’est pas entretenue mais il ne se décourage pas. Il prend sur ses fonds personnels et rafraîchit les salles de classes. “Il n’y avait pas de toilettes. Je n’ai pas fait de courrier pour m’en plaindre, mais j’ai lancé un appel et avec les 6000 dirhams récoltés, nous avons pu faire construire des toilettes pour les élèves et les professeurs. C’est du système D, mais ça fonctionne. À présent, nous espérons en construire 2 autres”, raconte-t-il. “Quelles que soient les circonstances, il faut toujours rester positif. Pour que les choses changent il faut y travailler”.

Il se fait rapidement connaître des Marocains pour ses méthodes d’apprentissage et sa manière d’accueillir les écoliers en classe. Goûters, déguisements, sorties scolaires... Hicham Alfaquih n’a qu’un seul but: donner envie aux enfants de retrouver le chemin de l’école.

“J’essaye d’encourager, chez les enfants, l’envie d’apprendre en communauté, à l’école, autrement qu’avec une phrase toute faite du type ‘travaille bien et tu seras ingénieur un jour’. J’encourage cet état d’esprit dès le début de l’année en annonçant aux élèves que je ne pratique la méthode de l3ssa (le bâton, ndlr). Je ne veux pas qu’ils craignent la figure de l’enseignant, mais j’essaye au contraire d’instaurer une ambiance où ils ont plaisir à travailler, à participer, à se comparer avec leurs camarades dans un esprit de compétition sain”.

Hicham Elfaquih Benibouayach/Facebook
Hicham AlFaquih s'est fait connaître pour ses chaudes actions à destinations des écoliers.

Nouvelle école, mêmes actions

Aujourd’hui, Hicham AlFaquih a été affecté à l’école de Bayanti (à environ 80 km de Nador) “J’ai une classe de deux niveaux, qui regroupent 27 élèves”, souligne-t-il à notre rédaction. Comme avec l’appel aux dons, l’instituteur préféré des Marocains va continuer à s’investir pour ses élèves. Il a déjà plusieurs actions en tête. “Organiser des sorties, des activités qui ont trait à l’environnement... Nous pensons aussi établir une ruche que les élèves visiteraient une fois par semaine ou tous les quinze jours. Nous aimerions ensuite vendre le miel récolté pour pouvoir acheter des affaires aux écoliers. De quoi soutenir financièrement de nouveaux projets, tout en inculquant aux enfants l’amour du travail”, raconte le professeur.

Pour toutes ces actions, le roi Mohammed VI a décidé de décorer du Ouissam Al Istihkak Al Wathani de deuxième classe Hicham AlFaquih en septembre dernier. “Ce fut un sentiment agréable, je ne m’attendais pas à cette reconnaissance et à ce que les médias soient intéressés par notre travail. Beaucoup de professeurs et d’enseignants font la même chose que moi et bien plus encore sans forcément être sous le feu des projecteurs”, rappelle, modeste, l’instituteur. “Le tout est qu’on y travaille pour contribuer à arranger les choses, notamment en donnant l’exemple. Car si nous ne le faisons pas, qui s’en occupera?” 

MAP
En septembre, Hicham AlFaquih était décoré par le roi.