MAROC
28/08/2019 16h:20 CET

Le procès d'Imlil reporté au 11 septembre prochain

À la demande des avocats de toutes les parties.

Huffpost MG
Procès Imlil

JUSTICE - Débuté ce mardi matin, à la Chambre criminelle chargée des affaires du terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel à Salé, le procès en appel des 24 accusés dans le meurtre des deux touristes scandinaves à Imlil a été reporté au 11 septembre prochain. 

“A la demande de tous les avocats dans cette affaire, le procès a été reporté à une date ultérieure, soit le 11 septembre prochain, afin que chaque partie puisse préparer sa défense et se préparer à plaidoyer. C’est tout à fait normal et conforme aux procédures pénales” précise au HuffPost Maroc Maître Khalid Fettaoui, avocat de la famille de la victime danoise, Louisa Vesterager Jespersen.

Présent au tribunal ce mardi matin, il indique que, de manière générale, cette première audience s’est déroulée en conformité avec les procédures habituelles et a été consacrée aux questions de procédures. Le juge d’instruction s’est assuré de la présence des accusés et de la défense, et un interprète pour l’accusé suisse, Kevin Zoller Guervos, a été désigné, précise à notre rédaction Me Fettaoui. Un avocat représentant l’Etat marocain dans le procès a notamment été appelé, ajoute-t-il.

En juillet dernier, les 24 accusés ont été condamnés à des peines de prison allant de 5 ans à la peine capitale. La peine de mort a été prononcée contre les trois principaux accusés du double meurtre commis en décembre dernier: Abdessamad El Joud, considéré comme le cerveau de la cellule terroriste ayant décapité une des deux touristes, Younes Ouaziyad, qui a reconnu avoir tué la seconde et Rachid Afatti, qui a filmé la scène.

Pour rappel, les accusés étaient poursuivis pour “constitution d’une bande pour préparer et commettre des actes terroristes”, “atteinte à la vie de personnes avec préméditation, possession d’armes à feu” et “tentative de fabrication d’explosifs en violation de la loi, dans le cadre d’un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l’ordre public”.