ALGÉRIE
11/10/2019 11h:13 CET

Le prix Nobel de la paix attribué à Abiy Ahmed, Premier ministre éthiopien

USA TODAY

Il succède au gynécologue congolais Denis Mukwege et à la Yazidie Nadia Murad, récompensés conjointement pour leur combat contre les violences sexuelles.

C’était le plus attendu des Nobel. Le prix Nobel de la paix a été attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed ce vendredi. Artisan d’une réconciliation spectaculaire de son pays avec l’Érythrée, il comptait parmi les favoris. 

Abiy Ahmed est récompensé “pour ses efforts en vue d’arriver à la paix et en faveur de la coopération internationale, en particulier pour son initiative déterminante visant à résoudre le conflit frontalier avec l’Érythrée”, a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen. “C’est à la fois une reconnaissance et un encouragement de ses efforts, a-t-elle souligné. Nous sommes conscients que beaucoup de travail demeure”. 

Un coup de pouce bienvenu pour le dirigeant

 

Alors que l’Éthiopie a réagi et a dit être “fière en tant que pays” de cette récompense prestigieuse, ce prix est un coup de pouce bienvenu pour le dirigeant de 43 ans qui fait face à une inquiétante flambée des violences intercommunautaires dans son pays, où des élections législatives sont censées avoir lieu en mai 2020.  

Depuis son arrivée au pouvoir en avril 2018 après plusieurs années de protestations anti-gouvernementales, Abiy Ahmed a initié un rapprochement au pas de charge avec l’Érythrée, ancienne province éthiopienne. Salué comme visionnaire et réformateur, le jeune dirigeant, issu d’une famille pauvre, a ainsi insufflé un certain optimisme dans une région du globe où celui-ci est une denrée rare. 

Mais ses efforts se heurtent à des obstacles. Beaucoup doutent notamment de sa capacité à tenir sa promesse d’organiser des élections “libres”, “justes” et “démocratiques” en mai 2020 en raison des violences intercommunautaires qui déchirent le pays et compliquent un recensement, toujours hypothétique. De plus, la frontière entre les deux pays est à nouveau fermée, la signature d’accords commerciaux se fait attendre et l’Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé du continent africain mais géographiquement enclavé, n’a toujours pas accès aux ports érythréens. Amnesty internationale a de son côté appelé le lauréat à faire “plus de réformes” pour les droits humains. 

La candidature de Greta Thunberg non retenue

Abiy Ahmed était en lice en face de concurrents redoutables comme la militante écologiste Greta Thunberg et différentes organisations comme Reporters sans frontières ou l’agence des Nations unies pour les réfugiés. En tout, 304 candidatures avaient été déposées cette année, dont celle de Donald Trump, dont les chances de l’obtenir étaient considérées comme infimes. 

Abiy Ahmed succède au gynécologue congolais Denis Mukwege et à la Yazidie Nadia Murad, récompensés conjointement l’an dernier pour leur combat contre les violences sexuelles.  

Seul Nobel décerné à Oslo, le prix de la paix a été annoncé au lendemain de celui de littérature qui a récompensé à Stockholm la Polonaise Olga Tokarczuk au titre de l’année 2018 et pour 2019 l’Autrichien Peter Handke, personnage controversé à cause de ses positions pro-serbes pendant la guerre en ex-Yougoslavie. 

Une semaine de Nobel

La médecine avait ouvert le bal lundi avec le sacre de deux Américains William Kaelin et Gregg Semenza, ainsi que du Britannique Peter Ratcliffe, auteurs de découvertes sur l’adaptation des cellules au manque d’oxygène qui ouvrent des perspectives prometteuses dans le traitement du cancer et de l’anémie. 

Le prix de physique est allé mardi au Canado-Américain James Peebles, qui a mis ses pas dans ceux d’Einstein pour éclairer les origines de l’univers, et les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz qui, les premiers, ont révélé l’existence d’une planète en dehors du système solaire. 

Mercredi, le prix de chimie a récompensé trois pères des batteries au lithium-ion - l’Américain John Goodenough, le Britannique Stanley Whittingham et le Japonais Akira Yoshino - présentes dans de nombreuses technologies (téléphones et ordinateurs portables, voitures électriques...) du quotidien. Le prix d’économie clôturera la saison lundi.