TUNISIE
27/06/2018 13h:40 CET | Actualisé 27/06/2018 13h:41 CET

Le prix du litre de lait augmentera de 180 millimes pour le consommateur annonce l'UTAP

La hausse devrait être annoncée par le gouvernement entre aujourd'hui et demain

pong-photo9 via Getty Images

La hausse du prix du litre de lait sera annoncée jeudi a affirmé Yahia Messaoud, membre du bureau exécutif de l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP), mercredi.

“Nous avons déposé une demande au gouvernement contenant 3 propositions (...) où nous avons demandé une hausse du prix du lait comprise entre 200 et 260 millimes” par litre.

Sur le consommateur, cela se répercutera également: “Le prix atteindre les 1 dinars 300 millimes pour le consommateur alors qu’il était à 1 dinars 120 millimes”. 

Cette hausse de 180 millimes par litre sera divisée entre l’agriculteur et l’industriel: “Pour l’agriculteur, cela passera de 766 millimes à 900 millimes par litre. Quant à l’industriel, ce sera 46 millimes”.

Malgré cette hausse, les agriculteurs n’arriveront pas à couvrir le prix de production explique Yahia Messaoud: “Aujourd’hui, si vous voulez qu’un agriculture couvre le prix de production, il faudra vendre le lait à 1 dinar 500 millimes”.

Pou lui, il fallait absolument trouver une solution car “le système entier allait s’effondrer. Les agriculteurs vendent leurs vaches. Nous avons estimé que près de 30.000 vaches laitières ont été vendues en Algérie”.

Et cela se répercute également sur les capacités de stockage estime-t-il. “L’année dernière nous avions 54 millions de litres de lait stockés, cette année nous avons seulement 17 à 18 millions de litres, de quoi tenir jusqu’à juillet” a affirmé Yahia Messaoud.

La solution idoine pour les agriculteurs selon lui, est la libéralisation des prix: “S’il y a une stratégie de libéralisation des prix, nous y serons partie prenante” a-t-il conclu.

Au mois d’avril dernier, les éleveurs de vaches laitières, les collecteurs et transformateurs de lait, avaient déjà mis en garde contre l’effondrement de l’ensemble de la filière laitière en Tunisie.

La crise touche toute la chaîne allant de l’élevage, à l’industrialisation passant par la production, avaient regretté l’Union tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP) et l’Union tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA). “La cause principale en est l’augmentation significative des coûts et charges, à tous les niveaux, sans une révision a minima des prix” avaient-ils expliqué.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.