MAROC
08/05/2018 12h:08 CET

Le prince Moulay El Hassan fête ses 15 ans: "Son futur règne sera différent de celui de ses aïeux", selon Jeune Afrique

Il est "éduqué pour devenir un monarque révolutionnaire dans le monde arabe".

Aurelien Meunier via Getty Images
Le prince héritier Moulay El Hassan en compagnie se son père, le roi Mohammed VI, rencontre le président français Emmanuel Macron à Paris, lors du sommet One Planet Summit, le 12 décembre 2017.

FAMILLE ROYALE - “Un prince du XXIe siècle”. C’est ainsi que le magazine Jeune Afrique décrit le prince Moulay El Hassan dans son dossier consacré cette semaine au futur occupant du trône alaouite, qui fête ce mardi 8 mai ses 15 ans.

S’il marche dans les pas de son père et de son grand-père dans son apprentissage du pouvoir, recevant la même éducation et côtoyant les grands de ce monde, le prince héritier, né en 2003, diffère de ses aïeux. “Vu l’environnement dans lequel il a grandi, son futur règne sera différent”, écrit l’hebdomadaire panafricain.

“Dans les salons huppés de Rabat, les élites se plaisent à dire que Smyet Sidi (le surnom donné au prince en référence à son grand-père, ndlr) est ‘éduqué pour devenir un monarque révolutionnaire dans le monde arabe’”, souligne Jeune Afrique

En effet, contrairement au roi Mohammed VI, “Moulay El Hassan a été élevé au sein d’une famille nucléaire. En cela, il sera un enfant certes hors du commun mais de plain-pied dans le XXIe siècle; un siècle dont il connaît les grands enjeux”, rappelle le magazine.

Il faut dire que le petit prince gravite depuis son plus jeune âge dans les hautes sphères du pouvoir, y compris à l’international. Et depuis quelques mois, il multiplie les apparitions, seul ou avec son père, dans des événements d’envergure.

Dernier en date: la 13e édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM), dont il a présidé l’ouverture le 24 avril à Meknès. C’est d’ailleurs lui qui a remis des insignes à neuf agriculteurs à cette occasion.

AIC PRESS

Au mois de mars, c’est l’ancien président français François Hollande, de passage au Maroc, que le prince héritier recevait lors d’un dîner à Rabat. Le souverain était alors à Paris.

AIC PRESS

Quelques jours avant, il présidait au complexe sportif Mohammed V de Casablanca la finale du 5è Championnat d’Afrique des Nations des joueurs locaux (CHAN 2018), et a participé à plusieurs reprises à d’autres événements sportifs.

Le prince est lui-même un amateur de sport. Il “adore le foot et le basket, pratiquant aussi la natation, le ski et l’équitation”, écrit Jeune Afrique. Le roi suivrait même personnellement les programmes d’entraînement de son fils, “qui devrait bientôt participer à ses premiers concours hippiques”.

Polyglotte - il parle déjà l’arabe le français, l’anglais et l’espagnol - le prince Moulay El Hassan reçoit toutefois une éducation classique au Collège royal, à l’image de celle reçue par son père. “Les études du prince se feront en adéquation avec les exigences de son futur métier de roi et seront donc décidées par son père”, écrit le magazine, qui balaie les rumeurs selon lesquelles le prince aurait l’intention de devenir pilote de chasse.

Enfin, autre détail qui a son importance à l’ère digitale, le prince soigne son image. S’il est absent sur les réseaux sociaux, il se laisse tout de même prendre en selfie, comme son père, par des Marocains croisés sur son chemin dans les rues de Paris ou Miami lorsqu’il est en vacances.