MAROC
31/07/2019 16h:33 CET

Le prince Harry et Meghan Markle n'auront pas plus de deux enfants pour sauver la planète

Le prince Harry s'est confié à l'anthropologue et écologiste Anne Goodall dans un entretien pour "Vogue UK". Il veut lui aussi contribuer à sauver la planète.

Max Mumby/Indigo via Getty Images

ÉCOLOGIE - Alors que Meghan Markle a joué le rôle de rédactrice en chef pour le prochain numéro de Vogue UKle prince Harry a lui aussi participé à sa rédaction. En effet, la duchesse de Sussex a demandé à son mari d’apparaître dans le magazine lors d’un entretien avec l’anthropologue et défenseure de l’écologie, Jane Goodall.

Lors de cette rencontre, le petit-fils de la reine a avoué qu’il n’aurait pas plus de deux enfants afin de suivre ses convictions écologistes.

Pendant leur entretien, dont des extraits ont été dévoilés par The Telegraphle papa du petit Archie a donné son opinion sur le sujet du réchauffement climatique.

“Je pense qu’étrangement, grâce aux personnes que j’ai rencontrées et aux endroits que j’ai visités, j’ai toujours eu un lien et un amour pour la nature”, a-t-il dit.

Il a aussi ajouté que son nouveau rôle de père lui avait fait “voir les choses différemment”. “Mais j’ai toujours voulu essayer de le faire, même avant d’avoir un enfant et dans l’espoir d’avoir des enfants...”, a-t-il ajouté avant que Jane Goodall ne l’interrompe. En effet, à ces mots, l’anthropologue a rétorqué: “Pas trop!”. Ce à quoi le prince a répondu: “deux maximum”. 

“Laisser quelque chose de mieux pour la prochaine génération”

“Aussi intelligents que nous sommes, ou aussi évolués que nous sommes tous supposés l’être, nous devrions pouvoir laisser quelque chose de mieux pour la prochaine génération”, a-t-il ajouté.

Le prince Harry avait déjà rencontré l’anthropologue le 23 juillet au château de Windsor, avec qui il partage une certaine complicité du fait de leur idées similaires. Le duc de Sussex avait apporté son soutien à un programme éducatif, Roots & Shoots Global Leadership, encourageant les jeunes à penser à l’avenir de la planète.

D’après les projections de l’ONU, la planète accueillera 8,6 milliards d’êtres humains en 2030, 9,8 en 2050 et 11,2 en 2100. Cette augmentation de population devrait alors faire croître l’empreinte carbone.

Depuis ce 29 juillet, nous avons déjà utilisé plus de ressources naturelles que ce que la planète peut renouveler en un an, une date qui arrive de plus en plus tôt chaque année.

Cet article a initialement été publié sur le HuffPost France.