MAROC
27/12/2018 13h:17 CET

Le président gabonais Ali Bongo pourrait faire son discours du 31 décembre depuis le Maroc

Après plusieurs mois de silence, un manque de communication pointé du doigt et des rumeurs sur son état de santé, la prise de parole d’Ali Bongo est très attendue.

ASSOCIATED PRESS

POLITIQUE - Pour la première fois, les voeux du Nouvel An du président gabonais Ali Bongo pourraient se faire depuis l’étranger. Le chef de l’État devrait s’adresser à son peuple depuis Rabat, rapporte l’AFP qui a reçu l’information de source proche de l’entourage d’Ali Bongo.

Après plusieurs mois de silence, un manque de communication pointé du doigt et des rumeurs sur l’état de santé du président gabonais, la prise de parole d’Ali Bongo est très attendue. “En deux mois, seule une photo du président avec le roi du Maroc Mohammed VI et deux vidéos, dont l’une où on le voit avec trois des plus hauts responsables politiques du Gabon venus lui rendre visite à Rabat, ont été diffusées”, rappelle l’AFP.

Le 24 octobre, il était victime d’un accident vasculaire cérébral à Ryad, la capitale saoudienne. Après une hospitalisation de plus d’un mois, le président gabonais était arrivé au Maroc le 28 novembre. Le 5 décembre, il quittait l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat, où il avait commencé sa convalescence, sans pour autant quitter le Maroc. Une première photo avait enfin été diffusée lorsque le roi Mohammed VI avait rendu visite à Ali Bongo. Se voulant rassurant, le souverain avait affirmé que l’état de santé du président évoluait “favorablement de jour en jour.”

Cela n’avait pas convaincu les opposants du président. Le parti d’opposition Union Nationale se demandait, à la suite de cette visite, si le président de la République était “encore en possession des moyens physiques et intellectuels qui lui permettent d’assumer les lourdes charges liées à sa fonction”.

 

En attendant son retour au pays, Ali Bongo “a chargé le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, de répondre aux attentes de la population gabonaise”, précise l’AFP.