MAROC
18/11/2018 12h:02 CET

Le président du gouvernement espagnol annonce sa visite au Maroc ce lundi

Pour sa première visite d'Etat au Maroc, il s'entretiendra avec son homologue El Othmani.

Agencia EFE

INTERNATIONAL - Après un premier report, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a annoncé une visite au Maroc, ce lundi 19 novembre pour s’entretenir avec le chef de gouvernement marocain Saad-Eddine El Othmani et a demandé une audience avec le roi Mohammed VI. 

C’est lors du 26e Sommet ibéro-américain, qui s’est tenu ces jours-ci au Guatemala, que Sanchez a annoncé sa première visite officielle au Maroc. Il l’a présentée comme une visite de travail auprès du chef du gouvernement marocain. Il a également précisé qu’il avait demandé audience auprès du roi Mohammed VI, sans donner davantage de précisions à ce sujet. “J’ai demandé l’audience, point final. C’est tout ce que je peux dire pour le moment”, a-t-il déclaré lors de sa conférence. 

Peu de temps après sa prise de fonction en tant que président du gouvernement, Pedro Sanchez avait souhaité effectuer sa première visite d’Etat au Maroc, comme le veut tradition en Espagne selon le média espagnol La Vanguardia. Mais le souverain étant en déplacement à l’extérieur du pays, la visite avait alors été reportée pour plus tard.  

Le président espagnol a d’ores et déjà souligné les enjeux de cette réunion de travail avec le chef de gouvernement marocain qui portera autour de questions d’intérêt commun pour les deux pays. “Le Maroc est un pays capital pour l’Espagne dans de nombreuses questions de sécurité, de migration ou de coopération économique”, a-t-il déclaré, avant de laisser entendre que cette réunion est “très importante”.

Le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Malaska, s’était rendu au Maroc en juin dernier, accompagné du ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrell, après la vague d’arrivée de migrants en provenance du Maroc vers les côtes espagnoles, pour aborder des sujets tels que l’immigration ou le terrorisme.