ALGÉRIE
05/11/2018 14h:07 CET | Actualisé 05/11/2018 14h:11 CET

Le président de la JSK se rebelle contre les dirigeants de la Ligue, Zetchi veut comprendre les raisons

Zetchi veut comprendre le pourquoi du comment

Archives

Au lendemain des déclarations sulfureuses du président du club de football JS Kabylie concernant la Ligue et ses dirigeants, le président de la fédération algérienne de football (FAF) invité de l chaine III de la radio nationale s’est dit choqué par de tels propos.

Kheireddine Zetchi, a affirmé être “choqué et surpris par les récentes déclarations du président de la JS Kabylie, Chérif Mellal”. “M. Mellal a qualifié les présidents de clubs de mafias et cela est très grave”, dira le patron de la FAF, en précisant que “le président de la JSK est responsable de ses propos et qu’il devrait assumer les conséquences”.

M. Zetchi a, cependant, atténué ses propos en affirmant vouloir “d’abord connaitre les raisons qui ont poussé le Président des canaris à tenir ces propos. “On voudra bien connaître les raisons qui l’ont poussé à faire ce genre de déclarations”, a-t-il souligne.

 Appelant toutes les parties à la raison, le patron de la FAF, dira que “les présidents de club doivent absolument éviter les déclarations incendiaires”, qui sont parfois faites “pour des raisons très minimes”

Une sanction au bout?

M. Zetchi a rappelé que les commissions de discipline de la ligue professionnelle  et celle de l’éthique au niveau de la FAF vont “très certainement convoquer le président de la JSK”, qui s’expliquera sur ses déclarations. 

Concernant les menaces de la direction de la JSK de boycotter le match, de ce mardi, contre l’USM Alger, pour le compte de la mise à jour de la 13eme journée de la Ligue Une, le président de la FAF, indique que “menacer de ne pas jouer est quelque chose qui peut être sanctionnée sur le plan disciplinaire”.

“Il y a une Ligue de Football Professionnelle (LFP) qui est présidée par M. Medouar Abdelkrim et un bureau de la LFP qui sont chargés de l’organisation et de la programmation des rencontres des deux championnats professionnels”, explique le président de la FAF, précisant que “les équipes sont tenues de respecter les calendriers qui sont tracés”.