TUNISIE
07/06/2018 10h:23 CET | Actualisé 07/06/2018 13h:24 CET

Le porte-parole du gouvernement explique les raisons du limogeage du ministre de l'Intérieur Lotfi Brahem

Et affirme qu'un remaniement ministériel aura bientôt lieu

Le porte-parole du gouvernement Iyed Dahmani a expliqué jeudi sur Shems FM les raisons qui ont poussé le chef du gouvernement Youssef Chahed à limoger le ministre de l’Intérieur Lotfi Brahem.

Alors que plusieurs échos font office de tensions entre Youssef Chahed et Lotfi Brahem, le porte-parole du gouvernement a indiqué que “la question n’est pas personnelle entre le chef du gouvernement et le ministre de l’Intérieur. Dans les démocraties, il est banal qu’un chef du gouvernement change un de ses ministres”.

Ce qui est reproché entre autres à l’ancien ministre de l’Intérieur, le drame de Kerkennah: “Il y a eu un drame dans le pays. Plus de 100 personnes ont essayé d’immigrer clandestinement et parmi eux, nombreux sont morts. Cela nécessite des solutions”.

Selon lui, certaines choses, au niveau du ministère de l’Intérieur auraient pu être faites pour éviter ce drame, or elles n’ont pas été faites: “Aujourd’hui quand tu vois que dans une île comme Kerkennah, une centaine de personnes -qui ne sont pas de l’île- arrivent et que personne ne s’en rend compte, c’est qu’il y a un problème. Là, ce sont des immigrés clandestins, et si ça avait été des terroristes?!” s’est-il interrogé avant d’ajouter que “ce n’est pas la première fois” que cela arrive.

Iyed Dahmani rappelle une nouvelle fois que le nécessaire n’a pas été fait au niveau du ministère de l’Intérieur: “Il y a des gens qui font du commerce avec les espoirs des candidats à l’immigration clandestine. Cela rentre dans le cadre de la traite d’êtres humains. Le rôle d’un État, c’est de démanteler cette mafia. Je ne vais pas dire que cela n’a pas été fait, mais disons que ça n’a pas été fait de façon suffisante”.

Rappelant que cette décision n’a rien de personnelle, le porte-parole du gouvernement a affirmé que “ce qui s’est passé à Kerkennah (...) nécessitait une réponse politique”

Cependant, si le drame de Kerkennah a été le principal argument avancé par Iyed Dahmani, d’autres causes ont aussi été évoquées: “Il y a des affaires qui ont créé, politiquement, une mauvaise ambiance (...) Certaines polémiques ont dérangé le gouvernement politiquement, comme la campagne menée contre les cafés” ouverts durant ramadan, ou encore “le problème avec le syndicat national des journalistes tunisiens” et qui concerne les libertés individuelles et la liberté d’expression a-t-il expliqué. Or cela “ne concorde pas avec la politique du gouvernement”.

Interrogé sur le poids de la non-arrestation de l’ancien ministre de l’Intérieur Najem Gharsalli parmi les motifs du licenciement de Lotfi Brahem, Iyed Dahmani botte en touche: “Cette affaire concerne la sûreté de l’État. J’ai un devoir de réserve, je ne peux pas en parler” a-t-il rétorqué.

Un remaniement ministériel à venir?

Quant à un remaniement ministériel à venir, Iyed Dahmani réaffirme que “le chef du gouvernement l’a clairement dit lors de son intervention télévisée: une évaluation du travail des ministres sera faite”.

En fonction de celle-ci, “il est clair qu’un remaniement sera fait!” estime le porte parole du gouvernement.

“Nous sommes satisfaits de notre bilan. Il n’est pas exemplaire, on aurait pu mieux faire (...) mais regardez les chiffres à notre arrivée au gouvernement et regardez-les aujourd’hui!”

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.