18/10/2019 09h:58 CET | Actualisé 18/10/2019 10h:06 CET

Le PLF 2020 et ses décrets adoptés par le conseil de gouvernement

Objectif: atteindre un taux de croissance de 3,7%, l'an prochain.

DR
Saad Dine El Otmani

ECONOMIE - Le conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, a adopté le projet de loi de finances (PLF) 2020 et les trois projets de décrets l’accompagnant. Objectif: atteindre un taux de croissance du PIB de 3,7%, a annoncé un communiqué du porte-parole de gouvernement. 

Et pour l’atteindre, le gouvernement se base sur l’hypothèse d’une récolte céréalière de 70 millions de quintaux, un cours moyen de pétrole à 67 dollars le baril et un prix moyen du gaz butane à 350 dollars la tonne, précise le communiqué. Le PLF 2020 repose notamment sur quatre priorités, dont la mise en oeuvre effective de la loi-cadre relative à la réforme du système de l’éducation et la formation visant à réduire les disparités et consacrer le principe de l’égalité des chances. 

Parmi les priorités du PLF, la consolidation du soutien à la scolarisation et au développement de la formation professionnelle, la mise en place des mécanismes de la protection sociale, le soutien à la classe moyenne et le renforcement du ciblage des catégories démunies à travers l’amélioration et la généralisation des services médicaux et l’élargissement de la couverture médicale, entre autres. 

Le document appelle également à la poursuite de la mise en oeuvre du plan “Santé 2025” à travers la création de 4.000 emplois d’un coût global de 18,6 MMDH, tout en mettant l’accent sur l’exonération de la TVA sur les vaccins au niveau national et à l’importation. 

Pour le porte-parole du gouvernement, il s’agit surtout d’accélérer la mise en oeuvre du programme de lutte contre les disparités territoriales et sociales en milieu rurale et d’accompagner la troisième phrase de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). 

Développé sur la base des recommandations des troisièmes Assises nationales sur la fiscalité, le PLF vise à donner une nouvelle dynamique à l’investissement. Il veut soutenir l’entreprises en poursuivant la liquidation de la dette relative à la TVA, en réduisant les délais de paiement, en plus de la création d’un fonds de promotion et de soutien financier pour les très petites, petites et moyennes entreprises.

Le conseil de gouvernement a aussi passé en revue les mesures accompagnant le PLF 2020 notamment la mise en oeuvre de la loi-cadre relative à la réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique. Et ce, à travers la création de nouveaux emplois pour une enveloppe de 72,4 MMDH.

Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a souligné, lors du conseil, la nécessité d’adopter trois mesures nécessaires pour contrôler le déficit du PIB. Il est question de rationalisation des dépenses liées à la gestion de l’administration, du recours à des mécanismes de financement innovants dans le cadre de partenariats institutionnels, de la gestion active des biens de l’Etat et des institutions publiques ainsi que de la poursuite des opérations de privatisation.

Les décrets accompagnant le PLF 2020, approuvés à l’occasion, élargissent le pouvoir du ministre de l’Economie en matière d’emprunts intérieurs et extérieurs, de recours à tout autre instrument financier et lui permettent de conclure des contrats d’emprunts pour le remboursement de la dette extérieure et d’approuver des accords de couverture de risques de taux d’intérêt et d’échange de devise.