MAROC
17/09/2018 12h:37 CET

Le PJD appelle le PPS à conserver leur alliance "stratégique"

Le PJD cherche encore à apaiser la tension avec le PPS.

PJDma

PARTIS - Le PJD vient de lancer un appel au PPS. Dans un communiqué relayant la session extraordinaire du conseil national du PJD, publié hier soir, le parti de la Lampe a tenu à souligner “l’importance de l’alliance” qui le lie au parti du Livre. Membre de la majorité gouvernementale, ce dernier est qualifié d’allié “stratégique” et “unique en son genre” par le PJD. Le parti dirigeant du gouvernement ne tarit pas d’éloge envers le PPS, estimant qu’il joue “un rôle essentiel”. Ainsi, “les membres du conseil national du PJD appellent les leaders actuels et historiques du PPS (...) à conserver cette alliance politique et gouvernementale en faveur de l’intérêt suprême de la nation”. 

Appel que le secrétaire général du PPS, Nabil Benabellah n’a pas souhaité commenter, pour l’instant. Contacté par le HuffPost Maroc, il a déclaré que les messages adressés au PPS par le PJD via ce communiqué feront l’objet de la réunion hebdomadaire du bureau politique, ce lundi en fin d’après-midi. A l’issue de celle-ci, le PPS devra donc publier un communiqué relayant sa réaction officielle quant à son “alliance stratégique” avec le PJD. “Nous allons déterminer la position qui sera la notre”, prévient Nabil Benabdellah.

Le PJD cherche, en tout cas, à apaiser la tension avec son partenaire remonté contre lui depuis la suppression, le 20 août dernier, du secrétariat d’Etat chargé de l’Eau auprès du ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, que chapeautait Charafat Afailal, membre du bureau politique du PPS. Le parti du Livre avait alors exprimé “sa surprise” dans un communiqué remettant en cause “le mode de gestion” du chef du gouvernement “n’ayant informé ni le parti ni la secrétaire d’Etat de cette proposition avant son approbation”. 

Les tentatives de réconciliation se poursuivent donc du côté du PJD. “En tout cas, la teneur des messages contenus dans ce communiqué du PJD s’inscrivent en droite ligne avec la visite que m’a rendue une délégation du PJD à mon domicile, jeudi dernier”, nous précise Nabil Benabdellah, rappelant avoir reçu chez lui le secrétaire général du PJD et chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, accompagné de son chef de cabinet Jamaâ Mouatassim et du ministre d’Etat chargé des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid.

Une visite qui a été relayée par le PPS sur sa page Facebook et à laquelle ont assisté également deux autres leaders du parti: Khalid Naciri et Abdelouahed Souhail. L’ordre du jour de cette réunion bilatérale a été de “discuter la situation politique du pays et la relation entre les deux partis”.   

Le PPS se retrouve de nouveau confronté à la question: “quitter ou rester dans la majorité”. Suite au limogeage, en octobre dernier, de deux de ses ministres, Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, et Houcine El Ouardi, ministre de la Santé, le PPS avait pris plusieurs semaines avant de décider via son comité central, en novembre, de rester dans la majorité.