ALGÉRIE
11/12/2018 12h:41 CET

Le pétrole remonte mais demeure sous pression

Bloomberg via Getty Images

Les prix du pétrole augmentaient légèrement mardi en cours d’échanges européens, mais restaient proches de leur niveau de la semaine dernière, avant que l’accord de l’Opep et ses partenaires n’ait permis aux cours de bondir.

Vers 11H05 GMT (12H05 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 60,43 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 46 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour janvier gagnait 45 cents à 51,45 dollars.

“L’élan apporté aux prix par les coupes dans la production de l’Opep et de ses partenaires a fait long feu, le Brent et le WTI s’échangeant à des niveaux proches de leurs plus bas d’avant la réunion”, a commenté Craig Erlam, analyste pour Oanda.

Selon les analystes, l’annonce d’une réduction de la production de 1,2 million de barils par jour pour les six prochains mois pourrait bien finalement ne pas être suffisante pour rassurer les marchés, inquiet d’un excès d’offre par rapport à la demande.

Et “il pourrait y avoir une marge de recul supplémentaire si la croissance économique (mondiale) ralentit, comme cela est attendu”, a ajouté Carlo Alberto De Casa, analyste pour ActivTrades.

De ce fait, à la surprise de plusieurs commentateurs du marché, les investisseurs ont complètement ignoré lundi le blocage par un groupe armé de l’un des plus grands sites pétroliers de Libye.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a indiqué lundi dans un communiqué avoir décrété l’état de “force majeure” dans le champ d’al-Charara, qui produit 315.000 barils par jour, sur une production globale libyenne de plus d’un million de b/j, selon la compagnie.

Ce blocage affectera également la production dans le champ voisin d’al-Fil (73.000 b/j) approvisionné en électricité par al-Charara, a déploré la NOC.

Invoqué dans des circonstances exceptionnelles, l’état de force majeure permet une exonération de la responsabilité de la compagnie en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.