ALGÉRIE
02/07/2018 16h:20 CET

Le pétrole recule, Trump demande plus de brut à l'Arabie saoudite

Fin juin, l’Opep avait déjà affirmé vouloir augmenter sa production en rééquilibrant l’accord de baisse des extractions qui lie l’Organisation à dix autres pays

Jonathan Ernst / Reuters

Les cours du pétrole reculaient lundi en cours d’échanges européens alors que le président américain Donald Trump a demandé à l’Arabie saoudite d’ouvrir ses vannes pour faire reculer les cours.

Vers 14H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, valait 77,92 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,31 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat d’août cédait 59 cents à 71,87 dollars une heure après son ouverture.

Le président américain s’est de nouveau invité dans les affaires de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) en affirmant samedi matin dans un tweet que le premier exportateur mondial, l’Arabie saoudite, pourrait augmenter sa production de “peut-être 2.000.000 de barils” par jour.

La Maison Blanche et le royaume se sont efforcés de modérer le message en affirmant que les 2 millions de barils étaient les ressources disponibles qui seraient utilisées “si et quand il sera nécessaire afin d’assurer l’équilibre et la stabilité du marché”.

“Le président pousse l’Arabie saoudite à compenser les baisses de l’offre qui vont peser sur le marché quand les sanctions américaines contre l’Iran vont être appliquées, à partir du 4 novembre”, ont expliqué les analystes de RaboBank.

Le président américain cherche à limiter la hausse du prix de l’essence aux Etats-Unis, alors que les Américains s’apprêtent à prendre la route pour l’été et à l’approche d’élections législatives en novembre, tout en adoptant une ligne dure contre l’Iran.

“Si les Etats-Unis adoptent une tolérance zéro contre les pays important du brut iranien (comme la Maison Blanche l’a affirmé la semaine dernière), les prix vont augmenter”, ont jugé les analystes de JBC Energy, qui estiment que l’Arabie saoudite n’a pas les capacités de compenser une telle perte sur le marché mondial.

“Les marchés savent que l’Arabie saoudite ne va pas se risquer à engager une nouvelle guerre du pétrole”, a abondé Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com, qui rappelle que la chute des prix de 2014 avait pesé sur les finances du pays.

Fin juin, l’Opep avait déjà affirmé vouloir augmenter sa production en rééquilibrant l’accord de baisse des extractions qui lie l’Organisation à dix autres pays, mais l’Arabie saoudite et la Russie avaient alors affirmé que toute hausse serait au maximum d’un million de barils par jour (mbj).

Toute hausse au delà de ce chiffre serait une rupture de l’accord, a affirmé le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, dans une lettre à son homologue des Emirats arabes unis, citée par l’agence Bloomberg.

Dans ce contexte, l’annonce de l’arrêt des exportations de pétrole depuis le nord-est libyen, qui représente une production de 850.000 barils par jour, n’a pas retenu l’attention des marchés.

Loading...