ALGÉRIE
13/11/2018 13h:16 CET

Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre l'Opep

Trump veut que l’Arabie saoudite et l’Opep ne réduisent pas leur production

Bloomberg via Getty Images

Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d’échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne pas réduire la production, réitérant sa préférence pour une baisse des cours.

Vers 11H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 68,59 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,53 dollar par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour décembre perdait 1,38 dollar à 58,55 dollars.

Vers 10H40 GMT, les cours sont respectivement tombés à 68,15 dollars et 58,24 dollars, à leurs plus bas depuis sept et neuf mois.

“Le président américain Donald Trump a mis la pression sur les prix (lundi) en postant un tweet dans lequel il exprime son désir que l’Arabie saoudite et l’Opep ne réduisent pas leur production”, ont expliqué les analystes de Commerzbank.

“J’espère que l’Arabie saoudite et l’Opep ne baisseront pas leur production. Les prix du brut doivent être bien inférieurs si l’on se base sur l’offre!”, a écrit le président américain, qui avait à plusieurs reprises demandé à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole d’augmenter sa production pour faire baisser les prix avant les élections législatives américaines, qui se sont tenues la semaine dernière.

Le scrutin passé, l’Arabie saoudite a annoncé ce week-end une réduction de ses exportations de 500.000 barils par jour à partir de décembre, tandis que les prix du Brent et du WTI ont perdu plus de 20% depuis leurs plus hauts en quatre ans atteints début octobre.

“La question est dorénavant de savoir comment l’Arabie saoudite et l’Opep vont répondre”, ont ajouté les analystes de Commerzbank, alors que l’Organisation et ses partenaires, dont la Russie, doivent se réunir début décembre à Vienne.

L’Opep doit également publier son rapport mensuel en milieu de séance européenne.

“L’affaire Kashoggi (le journaliste saoudien tué) n’est pas encore terminée, la cour royale saoudienne a besoin du soutien de la Maison Blanche” qui pourrait exiger certaines contreparties, a souligné Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.