ALGÉRIE
27/08/2018 16h:45 CET

Le pétrole en légère hausse, poursuit sa période faste

La baisse, annoncée vendredi, du nombre de puits en activité aux Etats-Unis et le recul, dévoilé mercredi, des réserves américaines de brut ont contribué à doper les prix

Thomas Peter / Reuters

 Les cours du pétrole avançaient lundi à Londres et à New York malgré la publication d’un indicateur plutôt négatif pour les prix, toujours soutenus par un vent d’optimisme ayant bénéficié aux marchés sur les sept dernières séances.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s’échangeait à 76,09 dollars, soit un gain de 27 cents par rapport à sa clôture vendredi sur l’Intercontinental Exchange (ICE) vers 14H10 GMT.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour la même échéance avançait de 16 cents à 68,88 dollars, environ une heure après l’ouverture.

“Les cours profitent toujours des nouvelles très encourageantes qui ont abreuvé les marchés sur l’ensemble de la semaine dernière”, a commenté James Williams de WTRG.

La baisse, annoncée vendredi, du nombre de puits en activité aux Etats-Unis et le recul, dévoilé mercredi, des réserves américaines de brut ont contribué à doper les prix la semaine dernière.

Les cours du brut à New York ainsi qu’à Londres ont terminé en hausse lors de six des sept précédentes séances grâce notamment à ces annonces.

Dans ce contexte, une nouvelle dévoilée lundi, et en principe négative pour les cours, était accueillie sans réaction de la part des investisseurs.

L’organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, tenus par un accord de réduction de la production en vue de maintenir les prix à un niveau élevé, ont coupé davantage que prévu dans leur production en juillet d’après les chiffres publiés par l’Organisation et relayés par la presse et les analystes.

“Il s’agit d’une nouvelle négative pour les cours parmi un très grand nombre de nouvelles porteuses”, a affirmé M. Williams.

Parmi ces nouvelles, le retour des sanctions américaines visant les exportations iraniennes de pétrole au mois de novembre, et ayant déjà eu pour conséquence le retrait de nombreux pays du marché iranien.

“Les marchés continueront d’être soutenus” par ces sanctions, a souligné Stephen Innes, analyste chez OANDA.

Loading...