MAROC
29/03/2019 15h:14 CET

Le parti d'extrême-droite espagnol Vox veut construit un mur entre le Maroc et Melilla et Ceuta

Et aimerait que le Maroc paie sa construction.

Marcelo del Pozo / Reuters
C'est le leader de Vox, Santiago Abascal, qui a proposé l'idée.

MIGRATION - Sur les pas de Donald Trump. Santiago Abascal, président du parti d’extrême-droite espagnol Vox, a proposé de construire un mur entre les enclaves espagnoles du nord du Maroc, Ceuta et Melilla, et le reste du pays pour stopper l’immigration clandestine, raconte l’écrivain Fernando Sánchez Dragó dans son livre “Santiago Abascal. L’Espagne vertébrée”, paru récemment. Il a même suggéré que le Maroc paie pour cette construction, rapportent les médias espagnols

Le président du parti a déjà réfléchi à tout. “Pendant la construction de ces murs, Abascal propose que ce soit l’armée qui surveille la frontière, fonction actuellement confiée aux forces de sécurité”, rapporte la chaîne espagnole Antena 3. “Le Maroc est celui qui nous envoie des vagues d’immigrés clandestins pour faire chanter l’Union européenne”, a-t-il dit, invitant donc le royaume à payer pour la construction du mur.

Et ce n’est pas tout. Santiago Abascal aimerait mettre en place des mesures “contre les ONG qui collaborent avec les mafias et vont sur la côte africaine pour collecter des marchandises humaines”. Il voudrait également durcir la législation pour qu’elle devienne “un mur psychologique” pour les migrants. Ils ne seront jamais régularisés, n’auront pas le droit de s’enraciner dans le pays d’accueil et n’auront droit ni aux cartes d’assistance sociale, ni aux cartes de santé, souligne Europa Press.

Ce mur “anti-immigration” n’est pour l’heure pas au programme. Le Conseil des ministres espagnol a récemment approuvé une mesure demandée depuis des années au niveau de Ceuta et Melilla. Les fils barbelés installés à la frontière seront progressivement supprimés, jusqu’à leur élimination complète.