ALGÉRIE
17/08/2019 13h:01 CET | Actualisé 17/08/2019 13h:05 CET

Le panel de Karim Younes installe son "comité des sages"

RYAD KRAMDI via Getty Images

“Le comité des sages” annoncé mercredi a été installé ce samedi 16 août au centre culturel Larbi Ben m’hidi à Alger où le panel du dialogue et de la médiation présidé par Karim Younes a élu domicile.

Ce comité compte une quarantaine de personnes dont on cite notamment l’ancien président du conseil constitutionnel sous Liamine Zeroual, Abdelaziz Bouchair, les trois anciens ministres de la jeunesse et des sports Aziz Derouaz, Mouldi Aissaoui et Kamel Bouchama. L’ancien ministre Abdelaziz khellaf aussi bien  que la présence remarquable du cinéaste Slimane Benaissa, des professeurs universitaires dont Laraba, Louber et Benyahia, le président de l’association Machaâl Al Chahid et celui de celle des condamnés à mort, le président du syndicat des magistrats et celui de l’ordre des médecins algériens. Le monde des Affaires est aussi est représenté par Saïda Naghza, présidente de la confédération générale des entreprises algériennes (AGEA). 

On précisera qu’il s’agit d’une première liste qui reste ouverte à tous les bonnes volontés et compétences susceptibles . 

 

 

 A l’installation de ce comité, le président du panel a tenu a préciser que ces rounds de négociations et de médiations lancées avait un objectif précis et de “parvenir à un accord rapidement ouvrant la voie à l’élection présidentielle dans “un délais raisonnable”. Younes a tenu à rassurer les présents qu’il n’existait, cependant pas de “feuille de route” préparée et que son panel oeuvrera à “rédiger une charte qui sera signée par tous les candidats à la prochaine présidentielle”. “Une prolongation de la crise ne servirait pas les Algériens insiste”, M. Younes. 

La mission de l’instance, la résume selon son président, à “écouter les acteurs de la vie politique nationale structurées ou pas pour arriver une démarche consensuelle de sortie de crise qui pusse permettre d’engager un processus de légitimation des instances du pouvoir dans un délais raisonnable”. 

Présenté comme étant l’instance morale du panel de médiation et de dialogue, le comité des sages sera chargé de conforter la mission du panel avec “avec des visions, des conseils et orientations de par sa composante qui symbolise une rupture totale avec le système», a indiqué Ammar Belhimer.

Les membres du panel ont réitéré leur affirmation de ne pas ”être à la solde du pouvoir”. “Nous ne sommes pas une instance de reproduction du système et ne ne le représentons pas”.