LES BLOGS
05/01/2019 12h:24 CET | Actualisé 05/01/2019 12h:30 CET

Le Nouvel "Flâneur" : des passages de Paris du XIX, aux ruelles de la Casbah du XXI

Jean nouvel fera-t-il usage de la notion de flânerie pour une meilleure approche du milieu sur lequel il va intervenir et son interprétation ?

Quelle vision se fait ou s’est déjà faite Jean Nouvel dans le cadre de la mission de “Revitalisation” de la Casbah d’Alger qu’il vient de se voir confier par la Wilaya d’Alger. ?

Personne n’est en mesure de savoir si le Supermoderniste chargé de faire revivre la Casbah, fera figure du flâneur, qui, avec des allers-retours entre Paris et Alger sera en mesure de trouver le traitement miracle qui fera sortir l’ancienne cité de son malaise, de sa double déchirure, corporelle et anémique.

C’est en fait l’une des alternatives pour lesquelles peut opter Jean Nouvel, “La flânerie urbaine”. Le “Flâneur” tel que l’a imaginé et décrit Charles Baudelaire, est l’homme singulier, curieux de tout ce qui se passe autour de lui, c’est cet homme qui se distingue par sa qualité “d’observateur” et sa relation avec la foule, il écrit d’ailleurs à ce sujet : “La foule est son domaine, comme l’air est celui de l’oiseau, comme l’eau celui du poisson. Sa passion et sa profession, c’est d’épouser la foule. Pour le parfait flâneur, pour l’observateur passionné, c’est une immense jouissance que d’élire domicile dans le nombre, dans l’ondoyant dans le mouvement, dans le fugitif et l’infini. Etre hors de chez soi, et pourtant se sentir partout chez soi ; voir le monde, être au centre du monde et rester caché au monde, tels sont quelques-uns des moindres plaisirs de ces esprits indépendants, passionnés, impartiaux, que la langue ne peut que maladroitement définir. L’observateur est un prince qui jouit partout de son incognito.” (Baudelaire, 1885)

Force est de savoir que Baudelaire dans cet extrait, parle de foule, de vague humaine, car c’était le nouveau Paris, la capitale mondiale du XIX siècle, l’époque de l’urbanisation.

La notion de Flâneur fut par la suite conceptualisée et développée par Walter Benjamin vers la fin du XIX siècle dans son œuvre les “passages de Paris”, ou, les poètes, les intellectuels, lors de leurs promenades dans le Paris Haussmannien, observaient d’une façon critique les mutations urbaines, les changements sociaux et les comportements des individus. Donc, par flâneur, il est fait référence au personnage qui, par la nature de sa profession, est considéré comme une figure essentielle et importante dans la mise en scène de l’espace urbain, il est acteur, utilisateur, ou les deux à la fois de cet espace.

Mais, pour revenir à la Casbah, le flâneur est considéré ici, comme constructeur de l’espace urbain. Jean nouvel fera-t-il usage de la notion de flânerie pour une meilleure approche du milieu sur lequel il va intervenir et son interprétation ? Toutefois, ce qui d’emblée semble nécessaire, voire indispensable, c’est que l’architecte Français, aura intérêt à faire appel à des flâneurs et flâneuses pour pouvoir mener à bien sa mission, et ce n’est qu’à travers cela que l’on pourra s’attendre une éventuelle réussite de ce projet .