MAROC
15/04/2019 10h:21 CET

Le nouveau grand rabbin du Maroc a été nommé

Il est connu pour ses frasques judiciaires.

ASSOCIATED PRESS
Yoshiyahu Pinto a été nommé samedi à Casablanca./Photo d'archive-2011.

RELIGION - En août dernier, le grand rabbin du Maroc, Aharon Monsonego, s’éteignait à l’âge de 90 ans. 8 mois plus tard, les autorités marocaines ont désigné son successeur. Ce samedi 13 avril, Yoshiyahu Pinto a été nommé grand rabbin du royaume et assermenté en tant que juge rabbinique en chef du pays, rapportent les médias israéliens

La cérémonie s’est déroulée dans la synagogue Beth-El de Casablanca où membres de la communauté et représentants des autorités marocaines étaient présents. “Lors de la cérémonie, Pinto a promis à la petite communauté juive du pays à majorité musulmane qu’ils ‘s’engageraient sur une nouvelle voie’ sous sa direction et a remercié le roi Mohammed VI pour son soutien”, rapporte The Times of Israel. D’après The Yeshiva World, Yoshiyahu Pinto s’est déjà rendu plusieurs fois au Maroc avant cette nomination, où il avait rencontré sa communauté et des membres de la famille royale.

“Le rabbin Yoshiyahu Yosef Pinto a été couronné hier soir par des représentants du roi du Maroc pour devenir le grand rabbin de l’État musulman, les dirigeants juifs et musulmans ont célébré conjointement la nomination.”

Des frasques avec la justice israélienne 

Le désormais grand rabbin du Maroc est connu pour ses problèmes judiciaires en Israël. Il y a deux ans encore, il passait 10 mois en prison pour une affaire de corruption, rapporte The Yeshiva World. Il a reconnu avoir offert un pot-de-vin de 200.000 dollars à Menashe Arbiv, ancien commandant de la 433ème unité de la police israélienne (connue sous le nom de FBI israélien), en échange de renseignements concernant la police israélienne et les enquêtes du FBI menées à son encontre. À la lumière de ses aveux, le tribunal a déclaré le rabbin Pinto coupable de tentative de corruption et d’entrave à la justice”, précise le site

Une période que Yoshiyahu Pinto a d’ailleurs évoquée lors de la cérémonie qui s’est tenue à Casablanca, affirmant “Dieu me testait pendant cette période” pour justifier ses frasques judiciaires, rapporte The Times of Israel. “Le populaire rabbin, qui dirige plusieurs organisations caritatives et des instituts d’études de la Torah en Israël et aux États-Unis, a également fait l’objet de nombreuses enquêtes du FBI depuis 2011”, ajoute le média israélien.