MAROC
31/07/2018 11h:56 CET | Actualisé 01/10/2018 18h:28 CET

Le musée Yves Saint Laurent de Marrakech accueille une exposition en hommage à Leila Alaoui

Un événement gratuit qui se poursuit jusqu'au 5 février prochain.

PHILIPPE LOPEZ via Getty Images

CULTURE - Presque trois ans après sa disparition dans les attentats de Ouagadougou, les travaux de la photographe marocaine Leila Alaoui continuent d’être exposés à travers le monde. Cette fois-ci, c’est dans la ville qui l’a vue grandir, Marrakech, que sa célèbre série photographique “Les Marocains” se dévoile au grand public. Un événement gratuit, qui se poursuit jusqu’au 5 février 2019.

mYSLm

Le musée Yves Saint Laurent avait annoncé dans un communiqué publié en juillet denier, qu’une exposition gratuite dédiée à cette série serait organisé du 30 septembre 2018 au 5 février 2019. À cette occasion, l’accès à la salle d’exposition temporaire se fait exceptionnellement par une entrée dédiée, rue Al Houdhoud, pendant toute la durée de l’événement.

C’est la première fois que la fondation Majorelle organise une exposition gratuite dans l’un de ses musées “pour partager avec le plus grand nombre, notamment Marrakchis et Marocains, le regard de la photographe sur ses concitoyens”, expliquait alors le musée.

mYSLm

Une trentaine de portraits dont certains inédits sont ainsi présentés pour cette exposition réalisée en collaboration avec la Fondation Leila Alaoui, créée pour perpétuer la mémoire de la jeune femme.

“Impossible de ne pas être sensible à la forte dimension picturale des images de Leila Alaoui. Comme dans le portrait classique, la place prise par le vêtement, qu’il soit somptueusement coloré ou banalement quotidien, fait presque oublier la présence des corps... L’abolition du corps par le costume autorise une véritable épiphanie du visage. Il y a fort à parier que les visiteurs de l’exposition en retiendront surtout des visages, des regards”, souligne Guillaume de Sardes, Commissaire de l’exposition.

mYSLm
Leila Alaoui
Tamesloht, 2011 
Leila Alaoui
Melloussa  2010
Leila Alaoui
mYSLm

Leila Alaoui a reçu en 2017 à titre posthume l’insigne honorifique français de Commandeur des arts et lettres, remis par le fondateur du musée Yves Saint Laurent, Pierre Bergé, à sa mère, Christine Alaoui.

“Leila Alaoui faisait partie de ces gens engagés qui n’hésitent pas à parcourir le monde pour venir au secours des autres, pour témoigner, et c’est là ce qu’elle a fait de plus beau. Ses convictions étaient profondes. La manière dont elle a disparu justifie le combat que j’ai mené toute ma vie pour la tolérance”, avait expliqué Pierre Bergé ajoutant: “‘Quand je cesserai de m’indigner, j’aurai commencé ma vieillesse’: c’est à André Gide que je pense, lorsque je me souviens de Leila Alaoui.”

La mère de Leila Alaoui était proche de Pierre Bergé et son compagnon Yves Saint Laurent, comme l’explique un portrait du Monde réalisé après le décès de la jeune photographe.

Née en 1982 à Paris, Leila Alaoui a passé son enfance à Marrakech avant de s’envoler à New York une fois le bac en poche pour suivre des études en sociologie et photographie documentaire. Depuis 2009, elle exposait son travail aux quatre coins du monde, représentée par les galeries Art Factum de Beyrouth, East Wing de Dubaï et Voice de Marrakech.

Elle a succombé à ses blessures lors de l’attentat terroriste perpétré le 16 janvier 2016 à Ouagadougou, qui a fait 30 morts et une cinquantaine de blessés, et a été revendiqué par les djihadistes d’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique).