MAROC
20/09/2018 10h:46 CET

Le mouvement #Masaktach a-t-il vraiment porté ses fruits?

Pour déterminer s'il faut ou non diffuser les chansons de Saad Lamjarred, toutes les radios ne sont pas sur la même longueur d'ondes

FETHI BELAID via Getty Images

POLÉMIQUE - Il faudra encore un peu de temps pour voir si le mouvement #Masaktach (“je ne me tairai pas”), lancé mardi soir sur les réseaux sociaux, a réellement porté ses fruits. Interpellées par les internautes, les radios marocaines ne sont pas toutes d’accord sur le fait d’arrêter ou non de diffuser les chansons de Saad Lamjarred sur leurs ondes, et certaines se tâtent encore. 

Cette décision pourrait pourtant se hâter suite au placement du chanteur marocain en détention provisoire en France après une quatrième plainte déposée contre lui pour viol. Sur Twitter, de nombreux internautes ont demandé le bannissement de ses hits, encore diffusés sur certaines radios.

Si Radio 2M avait déjà retiré de sa programmation les chansons de Saad Lamjarred depuis plusieurs mois, ce n’était pas encore le cas de Hit Radio ou Chada FM qui pourraient bien prendre le pas de leur consoeur face à l’ampleur du mouvement de contestation.

“Cela fait quelques mois que nous ne diffusons plus ses chansons. Nous avons organisé une réunion au début de l’affaire survenue en 2016 et avons d’abord laissé plané le doute. Mais nous avons ensuite décidé à l’unanimité d’arrêter de programmer ses tubes car diffuser sur une radio, c’est promouvoir”, explique au HuffPost Maroc Fathia El Aouni, responsable de l’antenne de Radio 2M.

Une information confirmée dans la soirée sur Twitter par la directrice de 2M, Samira Sitaïl:

“On a toujours été attentifs aux demandes des auditeurs concernant le retrait de chansons de tel ou tel artiste. C’est arrivé bien avant l’affaire Saad Lamjarred mais surtout pour des chansons qui avaient un ton particulièrement agressif, insultant ou vulgaire”, nous confiait mardi après-midi le patron de Hit Radio, Younes Boumehdi, avant de prendre finalement la décision dans la soirée de stopper la diffusion des tubes du chanteur pop.

“Là, c’est la première fois que l’on est face à ce genre de problème. La radio a un devoir de respect de la présomption d’innocence et de neutralité face à une affaire judiciaire en cours”, avait-il ajouté, soulignant être néanmoins “toujours à l’écoute des auditeurs”.

Ce jeudi, le patron de Hit Radio précise que cette décision n’est que temporaire, sans date butoir et certainement pas liée aux jugements attendus. “Nous ne sommes pas liés à une condamnation ou non, et nous faisons la différence entre l’oeuvre et l’artiste”, insiste Younes Boumehdi. Ce dernier dit ne pas être en mesure à ce stade de préciser “si la reprogrammation à l’antenne de Saad Lamjarred interviendra dans 15 jours, dans 5 mois, ou dans un an”, niant de manière ferme que cette décision sera de quelque manière liée à un sondage lancé mercredi matin auprès des auditeurs de Hit Radio, leur demandant de se prononcer sur la question. 

De son côté, Chada FM devrait se prononcer à son tour pour peut-être aussi choisir d’arrêter la programmation des chansons du chanteur de 33 ans. Une décision qui devrait intervenir de manière beaucoup plus rapide. “Je ne peux pas prendre de décision tant que je n’ai pas l’aval du directeur, mais nous devrions prendre une décision aujourd’hui”, déclare ce matin au HuffPost Maroc Imad Kotbi, responsable de l’antenne.

Mardi soir, de nombreux Twittos ont lancé une vaste “offensive” contre la “culture du viol” à laquelle les radios participeraient en diffusant des chansons du chanteur accusé à plusieurs reprises d’agressions sexuelles.

Le chanteur, arrêté fin août à Saint-Tropez après une nouvelle accusation de viol, avait déjà vu son nom retiré de la liste des nominés de la compétition All Africa Music Awards (Afrima), qui récompense chaque année les chanteurs, hits et clips du continent africain.