MAROC
11/12/2018 18h:08 CET

Le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles dénonce à son tour les tests de virginité au Maroc

Un acte qualifié de “torture” et d’"agression sexuelle” par le mouvement.

Soumya Benkacem Photography via Getty Images

FEMINISME - A l’occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits humains, le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (M.A.L.I) a décidé de s’attaquer aux controversés “tests de virginité”.

“Il est important de rappeler que ce test constitue une atteinte aux droits fondamentaux des femmes et une violation de leur dignité et de leur liberté”, affirme le mouvement sur Facebook. 

Le M.A.L.I remet ainsi en question la crédibilité scientifique de ces tests, notamment le fameux “test des deux doigts” qui, selon l’OMS, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies et ONU Femmes “n’a aucun fondement scientifique ou clinique“. “M.A.L.I tient à rappeler que les tests de virginité n’ont absolument aucune validité scientifique. Personne ne peut, en examinant une femme, dire si elle est vierge ou non, à savoir, si elle a déjà ou non eu des rapports sexuels. Pas même un.e gynécologue”.

Un acte qualifié de “torture” et d’“agression sexuelle” par le mouvement , allant à l’encontre du “Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par le Maroc”. “Réalisé par des médecins ou des membres de la famille, dans cet acte de torture, il est demandé aux jeunes femmes de s’allonger et écarter les jambes. On observe ensuite la zone sexuelle externe, puis deux doigts sont introduits dans le vagin (...) c’est une agression abominable”.

Le M.A.L.I réitère également dans ce texte sa lutte “en faveur des droits sexuels et reproductifs” et dénonce les féministes qui “condamnent la pratique” et refusent de “reconnaître la violation de la liberté sexuelle qui y est associée”.

Le 17 octobre dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Conseil des droits de l’homme des Nations unies et ONU Femmes avaient appelé les gouvernements à abolir cette pratique dans les pays où les “tests de virginité” sont monnaie courante, notamment au Maroc, en Égypte, en Inde, au Brésil, en Afghanistan, en Libye, en Turquie, ou encore en Jamaïque.

Organisation Mondiale de la Santé
Le test de virginité est ancré dans des normes sociales qui contrôlent les corps et la sexualité des femmes et des filles.

Un sujet revenu sur la place publique au Maroco suite à une rumeur l’été dernier affirmant que les Marocaines devront apporter la preuve de leur virginité pour se soumettre au service militaire obligatoire.