MAROC
30/12/2018 15h:21 CET | Actualisé 30/12/2018 15h:24 CET

"Le Monde" présente ses excuses après une photo de Macron sur son magazine

Plusieurs soutiens du président français y ont vu une référence aux codes esthétiques hitlériens. Ce que réfute la rédaction.

LE MONDE

MÉDIAS - Le Monde a présenté samedi 29 décembre dans la soirée ses excuses après la parution d’une photo malheureuse à la une de son magazine hebdomadaire qui montre Emmanuel Macron sur les Champs Elysées dans un décor pouvant évoquer Hitler et la mise en scène nazie.

“La couverture de M le magazine du Monde datée du samedi 29 décembre a provoqué des réactions critiques de certains de nos lecteurs. Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été choqués par des intentions graphiques qui ne correspondent évidemment en rien aux reproches qui nous sont adressés”, s’est excusé le directeur des rédactions Luc Bronner dans lemonde.fr.

Il a expliqué que “les éléments utilisés faisaient référence au graphisme des constructivistes russes au début du XXe siècle, lesquels utilisaient le noir et le rouge. La couverture s’inspire par ailleurs de travaux d’artistes, notamment ceux de Lincoln Agnew, qui a réalisé de nombreux sujets graphiques pour M le magazine du Monde”.

Dans un second tweet, Luc Bronner publie d’autres exemples de couverture réalisées avec cette charte graphique.

Sur un fond de couleurs blanches et rouges comme celles du drapeau nazi, le chef de l’Etat apparaît raide et sévère, à moitié de profil, pouvant rappeler une posture d’Hitler dans les affiches de propagande nazie. Cette couverture, parue en pleine manifestation des “gilets jaunes”, est titrée: “De l’investiture aux gilets jaunes: les Champs Elysées, théâtre du pouvoir macronien”.

Cette photo de une a provoqué de vives réactions parmi les partisans d’Emmanuel Macron, le président de l’Assemblée nationale française Richard Ferrand, qui en est proche, tweetant notamment : “Hâte de comprendre ce qui fonde les références graphiques et iconographiques du Monde. S’il ne peut s’agir de hasard, de quoi s’agit-il alors ? À la recherche du sens perdu...”

À noter que les explications du Monde n’ont pas convaincu le dessinateur Joan Sfar, pour qui cette couverture est une “honte”.

Cet article a initialement été publié sur Le HuffPost France