MAROC
26/02/2019 10h:46 CET

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, annonce sa démission sur Instagram

Sa démission coïncide avec la visite de Bachar al-Assad en Iran, pendant laquelle le ministre était absent.

Anadolu Agency via Getty Images
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d'une conférence de presse à Téhéran, le 13 février 2019.

INTERNATIONAL - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, principal négociateur de l’accord international sur le nucléaire iranien en 2015, a annoncé lundi 25 février au soir sa démission sur son compte Instagram

“Je m’excuse de ne plus être capable de continuer à mon poste et pour tous mes manquements dans l’exercice de mes fonctions”, écrit Mohammad Javad Zarif dans un post sur le réseau social, exprimant toute sa “gratitude envers le peuple iranien et ses dirigeants respectés pour la magnanimité dont ils ont fait preuve pendant 67 mois”.

La démission du chef de la diplomatie iranienne, confirmée de source officielle, doit cependant encore être acceptée par le président iranien Hassan Rohani.

Selon le site d’information sur le Moyen-Orient Al-Monitor, cette annonce coïncide avec une visite du président syrien Bachar al-Assad en Iran (une première depuis la début de la guerre en Syrie en 2011), pendant laquelle le ministre iranien des Affaires étrangères était absent. Cela a alimenté les spéculations selon lesquelles Zarif aurait démissionné après avoir perdu de l’influence, souligne le média.

Des sources bien informées ont ainsi déclaré à Al-Monitor que le ministre iranien, en poste depuis 2013, avait exprimé son indignation devant le fait que son ministère n’avait pas été informé de la visite de Bachar al-Assad ni de la réunion entre le dirigeant syrien et Rohani.

“La rupture apparente semble motivée par des désaccords avec le président iranien”, souligne la même source. Selon le site d’actualité Entekhab, le chef de la diplomatie iranienne aurait ainsi déclaré “n’avoir aucune crédibilité dans le monde” suite à son absence lors de cette réunion avec Assad qui a été largement médiatisée.

Anadolu Agency via Getty Images
Le président syrien Bachar al-Assad et le président iranien Hassan Rohani à Téhéran, le 25 février 2019.

“La principale raison de la démission de Zarif est claire: il était mécontent de ne pas avoir assisté à la réunion avec Assad aux côtés de Rohani”, a déclaré à Al-Monitor une source proche du dossier sous couvert d’anonymat. Lors de sa venue en Iran, Bachar al-Assad a également rencontré le guide suprême Ali Khamenei et le commandant de la Force Al-Qods, l’unité des forces spéciales des Gardiens de la Révolution islamique, Qasem Soleimani. Téhéran est le principal soutien de Damas dans le conflit syrien.

La démission de Zarif pourrait, toujours selon le média panarabe, être le signe d’un mécontentement plus global vis-à-vis de la politique régionale de l’Iran. Certaines sources pensent même qu’il pourrait s’agir d’une protestation contre une décision iranienne imminente de se retirer de l’accord nucléaire, indique le site d’information.

Mohammad Javad Zarif a dirigé la diplomatie iranienne pendant tout le premier mandat du président Hassan Rohani (2013-2017) et a été reconduit à ce poste après la réélection de ce dernier.

Il a été le négociateur en chef, côté iranien, de l’accord de 2015 conclu entre la République islamique d’Iran et le Groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) pour mettre fin à douze ans de crise autour de la question nucléaire iranienne.