TUNISIE
04/10/2018 13h:45 CET

Le ministre de la Santé fait le point: Une femme décède de la maladie de la vache folle, 30 cas avérés du virus du Nil Occidental

Vache folle, virus du Nil occidental...le ministre de la Santé fait le point.

facebook/Imed hammami

Alors que le président de l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP), Abdelmajid Zar, a nié l’existence de cas de vache folle en Tunisie, une première personne est décédée des suites de cette maladie la semaine dernière, a annoncé le ministre de la Santé Imed Hammami, jeudi.

“Une femme est décédée à cause du virus de la vache folle la semaine dernière. Nous avons réalisé des analyses sur cette femme pour être sûr qu’il s’agit du virus de la vache folle. Nous avons voulu en faire une deuxième, pour savoir si cela provient de nos troupeaux ou si la femme l’a contracté à l’étranger, mais sa famille a refusé” a-t-il regretté.

″Étant donné qu’il s’agit du seul cas, nous pouvons considérer qu’il s’agit d’un cas isolé. Nous sommes encore en train d’enquêter au niveau de l’entourage de cette femme” a-t-il affirmé le ministère.

Virus du Nil occidental: 67 cas suspects 

Le ministre de la Santé a également affirmé que le nombre de personnes suspectées d’être atteintes par le virus du Nil occidental s’élève à 67.

Selon lui, 30 cas avérés ont été recensés dont 12 ont été soignés. Les autres restent selon lui en observation.

Une stratégie de prévention et de lutte contre ce genre de virus a été mise en place.

Il est à rappeler qu’en 2012, la Tunisie a enregistré 565 cas suspects dont 37 confirmés, 416 cas suspects dont 7 avérés en 2013 avant de passer à 341 cas douteux dont 5 seulement confirmés en 2014. “En 2015, il y a eu 176 cas suspects dont 14 confirmés, alors qu’en 2016 et 2017, il n’y a eu aucun cas”, avait dévoilé Insaf Ben Alaya, directrice générale de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), à Express Fm.

Elle a indiqué qu’une stratégie commune entre les différents ministères concernés a été adoptée pour contrôler la situation et limiter la propagation du virus. 

Le virus du Nil occidental est transmis par les moustiques comme pour le paludisme ou la dengue, et est rarement observé chez l’homme. Ce dernier ne ne peut être transmis à l’humain que par le biais d’une piqûre de moustique.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.