MAROC
14/04/2019 12h:04 CET

Le ministère de l'Éducation nationale suspend ses mesures administratives à l'encontre de certains enseignants contractuels

L'appel des syndicats a été entendu.

Youssef Boudlal / Reuters
Les enseignants contractuels manifestent pour de meilleures conditions de travail à Rabat, au Maroc, le 10 avril 2019.

MESURES - L’appel des syndicats a été entendu. Le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, secteur de l’Éducation nationale, a annoncé ce 13 avril, la suspension de toutes les mesures administratives et juridiques prises à l’encontre de certains enseignants-cadres des Académies régionales d’éducation et de formation (AREF). Leur salaire leur sera également versé.

Ces mesures ont été prises au terme d’une rencontre tenue samedi à Rabat, à laquelle ont pris part le président de la commission régionale du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), en sa qualité de représentant de la présidente de cette instance, et le président de l’Observatoire national du système de l’Éducation et de la formation (ONEF), les secrétaires généraux des syndicats de l’enseignement les plus représentatifs et les représentants des enseignants-cadres des Académies, indique un communiqué du ministère. Selon lui, le débat entre toutes les parties concernées a été “sérieux” et “responsable”.

Lors de cette réunion, il a été convenu de reporter l’examen de qualification professionnelle à une date ultérieure afin de permettre aux enseignants-cadres des AREF de bien s’y préparer ainsi que de poursuivre le dialogue autour de ce dossier dans sa globalité, précise-t-on de même source.

Les représentants des enseignants-cadres ont pour leur part exprimé, en leur nom et en celui de tous les professeurs concernés, leur engagement de reprendre le travail à partir du lundi 15 avril 2019, souligne le communiqué, qui précise que toutes les parties ont convenu de tenir la prochaine réunion le 23 avril prochain.